Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Lactalis : les producteurs de lait entre "colère et résignation"

vendredi 21 décembre 2018 à 17:43 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Les producteurs de lait de la Mayenne espèrent obtenir du groupe Lactalis un prix à la hausse du litre de lait en 2019 dans le futur accord-cadre. Il en va de la survie de la filière laitière d'après eux.

Vache laitière (illustration)
Vache laitière (illustration) © Maxppp - Jean Pierre Amet

Villaines-la-Juhel, France

En mars 2019, les producteurs de lait du Grand Ouest et le groupe Lactalis doivent signer un nouvel accord-cadre. Il concernera près de 250 agriculteurs de la Mayenne qui attendent un prix rémunérateur à la hausse. En 2018, Lactalis achetait 1.000 litres de lait pour 320€. Un prix trop bas pour les producteurs qui ne prenait pas en compte leurs coûts de production. 

"Lors de nos récentes réunions entre producteurs, j'ai noté qu'il y avait une forme de résignation et de colère, avec des producteurs qui subissent depuis trois ans une crise économique qui leur fait perdre de la dignité. Et nous voulons retrouver de la dignité au travers de la revalorisation de notre métier" explique Jean-Michel Yvard, le président de l'organisation des producteurs du Grand-Ouest. Dans le futur accord-cadre les agriculteurs souhaitent obtenir un prix de 348€ les 1.000 litres. 

Incompréhension des agriculteurs

"C'est un métier exigeant, qui demande beaucoup d'investissement personnel et financier. Aujourd'hui il y a du découragement et s'installer dans un métier qui n'est pas valorisé peut être dissuasif pour nos jeunes" termine l'agriculteur de Villaines-la-Juhel. Le jeudi 20 décembre, le groupe Lactalis a annoncé le versement d'une prime exceptionnelle de 500€ à 7.500 salariés français, d'où une certaine incompréhension chez les agriculteurs qui se battent depuis des mois pour obtenir un prix du lait plus rémunérateur

Que Lactalis partage l'argent avec ses salariés, je trouve que c'est une bonne initiative, seulement nous nous espérons vivre aussi dignement de notre métier. Lactalis doit prendre ce paramètre en compte." - Jean-Michel Yvard

Certains élus du département se sont aussi émus de cette annonce, comme François Delatouche, maire de Saint-Pierre-sur-Erve. "Je ne dis pas qu'il faut priver les salariés de leur prime afin de mieux payer les producteurs de lait car je ne suis pas sûr que les employés d'Emmanuel Besnier soient si chèrement payés que ça, mais pendant des années, on a rémunéré les agriculteurs en dessous de leur prix de revient. Les élus de la Mayenne sont très réticents à l'idée de critiquer Lactalis qui est un employeur important du département mais nos agriculteurs sont également importants. Moi je suis donc de Saint-Pierre-sur-Erve et la vallée de l'Erve n'existera plus s'il n'y a plus d'agriculteurs. Ils sont un atout patrimonial important pour la Mayenne" explique le maire. 

Si l'accord-cadre n'est pas satisfaisant au mois de mars, certains producteurs de lait annoncent déjà vouloir se mobiliser.