Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lactalis mise sur la transparence et la pédagogie au salon de l'agriculture à Paris

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est une première, le géant laitier mayennais Lactalis a un stand sur le salon de l'agriculture à Paris.

Anne Charlès-Pinault est la directrice générale de Lactel France.
Anne Charlès-Pinault est la directrice générale de Lactel France. © Radio France - Charlotte Coutard

Le stand est visible de loin, Lactalis s'affiche en grand. Pour la première fois, le géant laitier mayennais a un stand sur le salon de l'agriculture. Les visiteurs peuvent découvrir les étapes de fabrication du lait ou encore du beurre, répondre à un quizz sur le camembert, se faire prendre en photo et repartir avec une boite de camembert à leur effigie, ou encore suivre des ateliers cuisine. Les visiteurs ont même pu apercevoir le PDG du leader mondial du lait, Emmanuel Besnier.

Plus de communication, plus de transparence

Une présence sur le salon, symbole d'une nouvelle stratégie de communication du groupe, qui s'accompagne aussi d'une meilleure rémunération de ses éleveurs, d'actions en faveur de l'environnement et du bien-être animal. 

Anne-Charlès Pinault, directrice générale de Lactel France, a accepté de répondre à nos questions.

  • Pourquoi le groupe Lactalis a t-il décidé d'avoir un stand sur le salon de l'agriculture à Paris ?

Jusqu'alors Lactalis s'adressait à son consommateur à travers ses marques et notamment ses publicités. Aujourd'hui le consommateur a changé, il souhaite savoir qui il a derrière un produit, qui est cette entreprise, qui est cette marque. C'était pour nous une superbe occasion de venir à la rencontre de notre consommateur, de pouvoir lui expliquer qui on est, comment on travaille, comment on fabrique un fromage, du beurre, une bouteille de lait. Le consommateur veut plus de transparence, être plus proche, sur les filières agricoles, de la production, il veut avoir toute cette transparence, et donc c'est aussi pour cela qu'on est là aujourd'hui.

  • Justement il a été reproché au groupe Lactalis son manque de transparence, de communication, tout cela change ?

Si on est là aujourd'hui c'est que ça change.

Anne-Charlès Pinault, directrice générale de Lactel France.

  • Lactalis a également été pointé du doigt concernant la rémunération des producteurs de lait, jugée insuffisante, qu'en est-il aujourd'hui ?

Le prix du lait, moyen, payé en 2019 par Lactalis, il est de 370 euros les 1000 litres, c'est plus 17 euros des 1000 litres par rapport à 2018. Dans le cadre de la loi Egalim, Lactalis a répondu aux attentes, on a intégré les coûts de production des producteurs dans la définition du prix du lait.

  • Cela fait à peu près 37 centimes d'euro du litre de lait pour le producteur, certains agriculteurs disent que l'idéal serait 45 centimes d'euro le litre de lait pour bien vivre de la production. On n'en est pas encore là ?

C'est une première étape. L'année dernière on a fait un grand pas en avant avec ce plus 17 euros des 1000 litres, et cette notion de coût de production dans le calcul de fixation du prix du lait. Les choses avancent, maintenant on n'est pas seuls à définir les choses. Il faut savoir qu'on est en pleine période de négociation avec les centrales d'achat, et c'est aussi ce qui nous permettra d'accompagner la filière. 

Et concernant les producteurs de lait bio, entre 2018 et 2019, on a augmenté de cinq euros les 1000 litres le prix du lait bio, pour atteindre en moyenne 487 euros les 1000 litres.

Anne-Charlès Pinault, directrice générale de Lactel France

  • Quels sont les engagements et le cahier des charges de Lactel pour sa filière bio engagé ?

Le consommateur voulait du bien-être animal et qu'on travaille sur les notions d'environnement, de biodiversité. Ça nous a permis de développer, en co-construction avec nos éleveurs, des nouveaux critères qui portent sur l'alimentation du bétail, une alimentation plus verte, avec notamment un nombre de jours de pâturage. 

Nous avons aussi contribué auprès les éleveurs à planter des haies, un programme a été lancé en juin 2019. On avait pour ambition avec eux de planter 20 000 haies, on a largement atteint notre objectif parce qu'on est à plus de 20 000 haies plantées donc 20 km de haies en France. Elles ont plusieurs rôles, le premier de jouer ce travail de biodiversité, pour être un nid à insectes, mais aussi de protéger les bêtes quand elles sont à la prairie, les abriter du vent, de la pluie et de la chaleur.

Anne-Charlès Pinault, directrice générale de Lactel France.

  • Comment se porte la marque Lactel ? Comment se portent les ventes ?

Lactel est présent sur un marché du lait de consommation en France, un marché majeur, un marché qui fait plus de deux milliards de litres de lait. Un marché qui recule, sauf pour les laits adaptés, il progresse pour les laits bio, le matin léger pour ceux qui ont du mal à digérer le lactose, d'autres laits comme le chèvre ou le brebis. C'est structurel la baisse du marché du lait en France, c'est une baisse qui se porte sur les laits demi-écrémés, les historiques du marché du lait. [...] Je pense qu'il faut savoir répondre à ces nouvelles attentes, face à un consommateur qui évolue et qui souhaite là-encore plus de transparence, qu'on puisse répondre sur des enjeux sociétaux, la dimension environnementale par exemple de nos produits.

  • Combien de litres de lait sont vendus chaque année par Lactel ?

Pour vous donner le chiffre 2019, on est à 377 millions de litres de lait vendus en France sous la marque Lactel.

  • Ça fait beaucoup de bouteilles, en plastique notamment...

Quelques éléments qui sont importants à savoir sur Lactel, la première c'est que nos bouteilles sont fabriquées dans nos laiteries, on ne transporte pas du vide. Depuis 30 ans qu'existe la bouteille Lactel on a réduit son poids de 9%. Si on le chiffre en nombre de bouteilles de lait c'est 23 millions de bouteilles de lait de moins par an. Et c'est un emballage plastique 100% recyclable. 

Anne-Charlès Pinault, directrice générale de Lactel France.

On a aussi lancé le programme Recyc'lait l'année dernière, parce qu'en France, sur 100 flacons commercialisés, seuls 57 sont collectés et triés, c'est trop peu. On a des exemples de pays du Nord de l'Europe qui sont beaucoup plus dynamiques sur ce sujet. Donc on a mis des machines de collecte dans les magasins, avec de la pédagogie et des salariés pendant l'animation, pour expliquer aux gens l'intérêt de mettre la bouteille dans le bac jaune, pour pouvoir la recycler, et faire d'autres produits avec comme des sièges auto, des sacs poubelle, et des tuyaux de canalisation

Lactel a mis en place des machines de collecte de bouteilles en plastiques dans des magasins. - Radio France
Lactel a mis en place des machines de collecte de bouteilles en plastiques dans des magasins. © Radio France - Charlotte Coutard
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu