Agriculture – Pêche

Lactalis : parole d'un producteur passé chez la concurrence

Par Marie Blondiau, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 22 août 2016 à 19:21

Hubert Grayel élève une centaine de vaches laitières à Chevrières dans les Monts du Lyonnais
Hubert Grayel élève une centaine de vaches laitières à Chevrières dans les Monts du Lyonnais © Radio France - Marie Blondiau

Prix les plus bas du marché, fonctionnement très rigide : les éleveurs laitiers s'attaquent au numéro un mondial des produits laitiers. En quoi les pratiques de Lactalis sont-elles différentes de celles de ses concurrents ? Témoignage d'un de leurs anciens producteurs ligériens.

Il y a vingt ans, quand Hubert Grayel a rejoint l'exploitation de son père, le contrat était déjà signé avec l'usine d'Andrézieux-Bouthéon, 20 kilomètres plus loin. Chambourcy, Nestlé, les propriétaires se sont succédé. Jusqu'en 2006:

Quand Lactalis a racheté l'usine, on a progressivement senti qu'on était plus que des fournisseurs de matières premières. Les techniciens ne passaient presque plus nous donner des conseils, on se sentait comme des pions dans l'entreprise !"

Bilan : 8.100 euros de gagnés et un peu plus de soutien

S'installe alors une angoisse de perdre son contrat avec le collecteur. Et si Lactalis décidait de fermer l'usine, au profit d'un autre site à l'étranger ? Et un sentiment de ne pas voir son travail - 70 heures par semaine - reconnu. Voilà pourquoi l'année dernière, à l'occasion d'un regroupement avec un autre producteur, il a pu passer chez la coopérative Sodiaal, sans regret. Aujourd'hui, Sodiaal le paie 9 euros de plus que Lactalis pour 1.000 litres de lait, 8.100 euros de gagnés pour les 900.000 litres de lait produits chaque année.

Sodiaal paie à peine plus que Lactalis, mais on a l'impression d'être un peu plus soutenus"

Hubert Grayel a tout de même l'intention de rejoindre ses collègues en colère contre Lactalis pour éviter ce qu'il appelle une spirale de baisse des prix. Comme beaucoup il s'inquiète de l'alignement, volontaire ou pas, des concurrents de Lactalis, en terme de prix mais aussi de pratiques. Les fournisseurs ligériens de Lactalis sont justement en train de réfléchir à d'éventuelles actions.

"Difficile de se mobiliser contre Lactalis" Richard Tisseur, président de l'association des producteurs de lait Lactalis du sud-est

Partager sur :