Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : une membre de la Commission européenne à Ernée

jeudi 15 février 2018 à 15:38 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

200 producteurs de lait Lactalis de tout le Grand Ouest se sont rassemblésce jeudi à Ernée. L'Association Organisation des Producteurs Lactalis Grand Ouest tenait une réunion générale en présence de Brigitte Misonne, de la direction générale de l'agriculture à la Commission européenne. Interview.

 Brigitte Misonne de la direction générale de l'agriculture à la Commission européenne
Brigitte Misonne de la direction générale de l'agriculture à la Commission européenne - Capture écran Youtube

Ernée, France

Quel est le sentiment de la Commission européenne au sujet du scandale de la salmonelle et de la gestion de crise par Lactalis ? 

- Les autorités françaises gèrent les choses comme elles doivent être gérées. L'Europe n'a pas de sentiment particulier vis-à-vis de ce qui se passe en Mayenne. Je ne pense pas qu'il y ait un cadre pour que la commission intervienne dans cette affaire. Le respect des règles sanitaires est dans les mains des autorités nationales. 

Cela veut donc dire que l'UE ne peut pas sanctionner des industriels en faute ? 

- Il n'y a jamais eu de cas à ma connaissance d'entreprises sanctionnées. Cela dépend plus de la direction générale de la santé à la commission qu'à la direction générale de l'agriculture que je représente. Il n'y a pas de base pour une intervention européenne sur ce sujet. 

Est-ce un soulagement pour vous de constater que les volumes d'achats de lait auprès des producteurs par le groupe Lactalis n'ont pas diminué malgré la crise ? 

- Si les producteurs de lait peuvent être encore collectés, malgré l'arrêt de l'usine de Craon, c'est une bonne nouvelle pour tout le monde. 

Lors de cette réunion à Ernée, vous conseillez aux producteurs de lait de se regrouper en OP (organisation de producteur) pour être mieux entendu par des industriels comme Lactalis, pour peser un peu plus dans les négociations. 

- Et je pense que les producteurs Lactalis du Grand Ouest ont bien compris l'importance des actions collectives. Et l'action collective, ce n'est pas uniquement au niveau de leur OP mais cela peut-être au niveau européen avec des aides proposées. Mais tout le monde ne les connaît pas forcément. En se regroupant, les producteurs se donnent plus de chances de dialoguer d'égal à égal avec l'industriel.