Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Lait contaminé : l'affaire Lactalis va-t-elle faire "pschitt" ?

mardi 29 mai 2018 à 6:36 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

L'association des familles de victimes du lait contaminé à la salmonelle le redoute. L'affaire Lactalis s'est invitée à l'Assemblée Nationale lors du débat sur le projet de loi Agriculture et Alimentation. Les mesures, pour qu'un tel scandale sanitaire ne se reproduise plus, ont été écartées.

image d'illustration
image d'illustration

Craon, France

Avis défavorable du gouvernement. Amendements retirés à la dernière minute. Toutes les évolutions, les normes, les règlements proposés, afin de faire du scandale Lactalis un exemple à ne plus suivre, ne sont plus d'actualité. Sur les contrôles sanitaires en particulier. Tout cela est en fait renvoyé en seconde lecture du texte, en juillet, au coeur de l'été, une fois le rapport de la commission d'enquête parlementaire connu

Promis, ce qui sortira du chapeau à cette occasion pourra enrichir le projet de loi, les députés pourront y apporter des modifications. L'association n'y croit pas une seule seconde, parle de trahison des engagements pris. "Pourquoi faire ça en 2ème lecture quand on peut le faire maintenant?" s'interrogent les victimes. L'enjeu économique, Lactalis leader mondial du lait, a pris le dessus sur l'enjeu de la sécurité alimentaire glisse le président de l'association.

Le rapporteur de la commission, le député En Marche Gregory Besson-Moreau, tente de rassurer les familles sur la volonté de la majorité d'encadrer plus strictement l'industrie agro-alimentaire. Si cet été, il ne se passe finalement rien, il déposera une proposition de loi avant la fin de l'année.

►►A LIRE, LA REPONSE SUR FACEBOOK DU RAPPORTEUR DE LA COMMISSION D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE A L'ASSOCIATION DES FAMILLES DE VICTIMES

Gregory Besson-Moreau : "Monsieur le Président de l’AFVLCS, Monsieur Guillemain. Avec tout le respect que je vous dois, je ne suis en aucun cas d’accord avec vos propos, et de très loin. En aucun cas je n’ai décidé en dernière minute de supprimer les amendements, mais j’ai, et en toute responsabilité, pris la décision de les retirer AVANT les prises de décisions de Mr. Le Ministre ; car en effet les auditions ne sont pas encore finies et il serait préjudiciable pour tout le monde de prendre des décisions trop à la hâte. Nous devons maitriser les choix que nous prenons. Je me dois, et nous nous devons tous de prendre des décisions justes, nous protégeant, nous responsabilisant et nous permettant d’avancer vers une alimentation plus sûre et plus saine. Je vous assure, et je sais le Ministre du même avis, que OUI, je ferai et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que le scandale LACTALIS et en règle plus générale les scandales agro-alimentaires ne se reproduisent pas. En ce qui concerne la deuxième lecture, il est faux de dire qu’il serait impossible que nous puissions amender, pour la simple et bonne raison qu’il faudrait que le texte soit accepté en l’état. Et pour vous rassurer, et afin que le rapport de cette commission soit encore plus fort que des amendements dans un texte de loi si la deuxième lecture me bride, je proposerai une PPL « Proposition de Loi » avant la fin de l’année. J’espère vous avoir rassuré quant à ma forte conviction de protéger nos concitoyens contre un scandale sanitaire comme LACTALIS".