Agriculture – Pêche

Lait : début des négociations à Paris

Par Germain Treille, France Bleu Mayenne jeudi 25 août 2016 à 11:38 Mis à jour le jeudi 25 août 2016 à 11:39

Des agriculteurs portent un tee-shirt avec la photo du PDG de Lactalis, E.Besnier
Des agriculteurs portent un tee-shirt avec la photo du PDG de Lactalis, E.Besnier © Radio France

Les représentants de Lactalis et les producteurs entament les difficiles discussions sur le prix de la tonne de lait.

C'est le "dur" de la discussion qui débute et qui pourrait durer plus qu'une journée. Le sujet crucial, le plus épineux, le plus sensible, celui qui suscite la colère des éleveurs, c'est le prix de la tonne de lait. Lactalis paie 256 euros, beaucoup moins que ses concurrents français et étrangers. Un prix qui mettrait en péril de nombreuses exploitations. Autour de la table aujourd'hui, un Mayennais : Florent Renaudier. Il fait partie de la FNPL, la branche lait de la FNSEA. Il a déjà prévenu qu'il serait intraitable. La parole de Lactalis ou une poignée de mains ou une tape dans le dos ça ne suffira pas. Il exige du groupe un engagement écrit qui fixe de nouvelles règles tarifaires.

Un Mayennais participe à la négociation

Pour l'instant, l'industriel n'a pas dévoilé la position qu'il allait défendre au cours de cette réunion. Il souhaite surtout que ce mouvement de colère cesse. On se tourne, ici, vers le siège de Lactalis à Laval bloqué depuis lundi soir. La mobilisation grandit, un millier d'agriculteurs et 300 tracteurs annoncés ce jeudi après-midi pour maintenir la pression. Pas question de renoncer explique la FNSEA. Le syndicat agricole lèvera le blocage seulement si un compromis acceptable est enfin trouvé.

Partager sur :