Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Landes : EDF coupe l'électricité à un éleveur de canards touché par la grippe aviaire

jeudi 28 septembre 2017 à 18:37 Par Marie Rouarch, France Bleu Gascogne

Frédéric Sales, éleveur de canards à Samadet, près d'Hagetmau, aurait pu tout perdre, ce mercredi. EDF a coupé l'électricité dans sa salle de gavage, pour une facture impayée. Si le groupe électrogène n'avait pas pris le relais, 1 000 canards auraient pu mourir.

L'éleveur de Samadet devait 1 500 euros à EDF
L'éleveur de Samadet devait 1 500 euros à EDF © Radio France - Marie Rouarch

Landes, France

"Ça fait mal au moral..." Frédéric Sales n'a pas plus de mots pour décrire ce qu'il vient de vivre. Lorsqu'il rentre après quelques courses, ce mercredi, son père l'informe que le groupe électrogène de sa salle de gavage s'est mis en route. "Il y avait de l'électricité chez les voisins, alors je me suis dit qu'ils avaient coupé l'électricité à cause de la facture qui n'a pas été payée", explique l'éleveur.

Le producteur doit 1 500 euros à EDF. "J'ai bien eu des lettres de relance mais je ne pouvais pas les payer de toute façon, lance-t-il. On a du retard partout. Il faudrait qu'on touche les indemnités promises après la grippe aviaire pour repartir !"

Un "couac" selon EDF

Chez EDF, on parle d'un "raté". Le fournisseur d'électricité dit faire preuve de bienveillance pour ne pas "surajouter" à la crise de la filière avicole. En général, il évite les coupures et propose un étalement de la dette aux éleveurs. Visiblement, le processus n'a pas fonctionné pour le producteur de Samadet. Il aurait fallu, selon EDF, que Frédéric Sales réagisse aux lettres de relance, se signale comme éleveur en difficulté.

Reste que s'il n'avait pas eu de générateur, il aurait bien pu perdre les 1 000 canards qui se trouvaient dans la salle de gavage, lui qui vient de reprendre son activité après la crise. "S'il n'y avait pas eu de groupe électrogène, il n'y aurait plus eu de ventilation et beaucoup de canards seraient morts, explique l'éleveur. Le problème c'est que je n'ai pas d'argent non plus pour acheter du carburant pour le groupe électrogène et je n'en ai plus beaucoup. J'aurais tenu une journée mais pas plus".

Je suis furieux contre les pouvoirs publics - Lionel Candelon, co-président de l'association Les canards en colère

Ce n'est pas la première fois que des producteurs landais sont confrontés à ce genre de situation. Cette fois, la coupure dure 3 heures et demi, le temps que la coopérative du Gers pour laquelle Frédéric Sales travaille règle la facture en souffrance et interpelle le préfet des Landes, qui est lui-même intervenu auprès d'EDF pour faire rétablir l'électricité.

Mais tout cela n'aurait pas dû arriver selon Lionel Candelon, co-président de l'association Les canards en colère. "On avait dit aux autorités qu'il fallait demander aux fournisseurs d'électricité de suspendre les prélèvements jusqu'à ce que la filière soit repartie et pas soit en redémarrage, ce qui est le cas en ce moment ; attendre que les trésoreries soient à jour. Aujourd'hui, on s'aperçoit que ce n'est pas le cas".

Lorsque les huissiers sont à votre porte, que vous avez des relances des banques, d'EDF et autres, le moindre petit problème en plus peut vous faire dégoupiller - Lionel Candelon

Et le militant a peur pour les éleveurs : "Notre crainte c'est que les gens soient à bout et que le jour où les agents viennent couper l'électricité, il y ait un drame".