Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Landes : la pêche du carnassier devait s'ouvrir ce samedi, mais les pêcheurs devront rester chez eux

-
Par , France Bleu Gascogne

La pêche de loisir, qui devait s'ouvrir ce samedi, est interdite en raison des mesures de confinement. La Fédération de pêche des Landes rappelle donc aux pêcheurs qu'ils doivent rester chez eux.

La pêche de loisir devait s'ouvrir ce samedi 25 avril.
La pêche de loisir devait s'ouvrir ce samedi 25 avril. © Maxppp - Philippe Trias

Ce samedi matin devait s’ouvrir la pêche du carnassier. Mais en raison du confinement, elle est interdite. En effet, la pêche ne fait pas partie des activités dérogatoires, comme l'avait confirmé la préfecture des Landes le 19 mars dernier dans un communiqué, suite aux questions que se posaient les pêcheurs.

"Prendre son mal en patience"

La Fédération de pêche des Landes appelle donc les pêcheurs landais à respecter le confinement : "On répète à nos adhérents que la pêche n’est pas autorisée, qu’il faut malheureusement rester chez soi et prendre son mal en patience en attendant que l’on puisse à nouveau y aller", explique Vincent Renard, directeur de la Fédération.

Cependant, Vincent Renard ne cache pas sa frustration, même s'il comprend la raison de cette interdiction : "En tant que pêcheur, c’est sûr que c’est frustrant de louper l’ouverture annuelle de la pêche, mais en tout état de cause, je pense qu’il y a des raisons qui sont bien supérieures et qu’il faut malheureusement prendre sur nous le temps nécessaire pour pouvoir retourner de façon pérenne et sans soucis à la pêche".

Et si certains pêcheurs landais sont dans l'incompréhension face à cette interdiction, c'est parce que "la pêche est un loisir qui se pratique souvent loin de tout le monde", explique Vincent Renard. Avant d'ajouter : "Mais malheureusement, les consignes de l’État sont telles qu’aucune activité n’est dérogatoire, sauf celle d’aller marcher à quelques centaines de mètres de chez soi et pendant une heure maximum. Donc on prend notre mal en patience, mais on comprend la frustration de nos pêcheurs."

Des conséquences économiques

L'interdiction de la pêche due au confinement n'est pas sans conséquences sur la Fédération. "Nous sommes impactés financièrement, détaille Vincent Renard. Parce que quand on est pêcheur, on adhère à une association et on paye une cotisation. Cette cotisation permet de pêcher, bien sûr, mais elle permet à toute une économie de se mettre en place, avec les rempoissonnements, les actions pour protéger les milieux, les études, les suivis, l’éducation à l’environnement, etc." 

Le problème, c'est qu'habituellement, les pêcheurs viennent acheter leur carte de pêche pour l'ouverture de la pêche des carnassiers, d'après Vincent Renard. Mais avec le confinement, ils sont dans l'attente, donc aucun argent ne rentre. "Résultat : notre activité tourne au ralenti." Vincent Renard pense même que certains pêcheurs ne reprendront pas de carte pour la fin de l'année. "C'est une supposition, mais on le craint..."

La Fédération rappelle qu'elle reste malgré tout mobilisée "afin de préparer et d’organiser au mieux cette sortie de crise". "Nous informons que l’ensemble des empoissonnements en poissons blancs (gardons, tanche, etc.) et en carnassiers (black-bass, brochet et sandre principalement), qui complète la reproduction naturelle sur les secteurs moins fonctionnels, est réalisée pendant la période hivernale. Elle a donc été effectuée", précise-t-elle dans un communiqué. Les empoissonnements en truites seront, quant à eux, effectués dès que la pratique de la pêche sera de nouveau possible.

Vincent Renard espère que tous les amoureux de la pêche pourront y retourner dès le 11 mai, date prévue pour le début du déconfinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess