Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Landes : les éleveurs de canards et de volailles déterminés à se faire entendre

jeudi 7 septembre 2017 à 15:49 Par Valérie Mosnier et Elodie Vergelati, France Bleu Gascogne et France Bleu

Ce jeudi matin, à l'appel de la FDSEA 40, les agriculteurs des Landes ont mené des actions dans plusieurs localités du sud du département. Ils ont organisé des barrages filtrants et distribué des tracts aux automobilistes. Les indemnisations arrivent au compte-goutte et sont insuffisantes.

Les agriculteurs ont organisé des barrages filtrants, comme ici au rond-point de Gouts, près de Tartas
Les agriculteurs ont organisé des barrages filtrants, comme ici au rond-point de Gouts, près de Tartas © Radio France - Elodie Vergelati

Landes, France

Les éleveurs de palmipèdes et de volailles landais sont bien déterminés à se faire entendre du gouvernement! Ce jeudi matin, à l'appel de la FDSEA 40, ils ont mené des actions dans plusieurs localités du sud du département, à Aire-sur-Adour, Saint-Sever, Hagetmau ou encore Tartas. Ils se sont postés, avec leurs tracteurs, sur des ronds-points pour filtrer les voitures et distribuer des tracts aux automobilistes. C'est le top départ d'une mobilisation qui va durer deux semaines, et qui est amenée à se durcir, avec de vrais blocages.

Le problème des éleveurs de canards et de volailles est simple : depuis l'épisode de grippe aviaire du premier trimestre 2017, le vide sanitaire imposé au printemps, ils ont perdu beaucoup d'argent. La reprise d'activité, récente, est très difficile. Les indemnisations promises par le gouvernement précédent arrivent au compte-goutte et elles ne sont pas suffisantes. Elles ne couvrent pas le manque à gagner de la période de l'après vide-sanitaire, l'après 29 mai, quand les éleveurs ont obtenu l'autorisation de faire revenir les canards. Alors, les agriculteurs réclament une aide adaptée à la gravité de la situation.

6.000 emplois directs sont dépendants de notre filière" - François Darbo, président des JA 40

Près de Tartas, une dizaine d'agriculteurs ont tenu un barrage filtrant au rond-point de Gouts. Parmi eux, François Darbo. A 30 ans, cet éleveur de volailles à Souprosse, est président des Jeunes Agriculteurs des Landes. Pour lui, la mobilisation, c'est une nécessité parce que la détresse des agriculteurs est palpable dans les campagnes, et il insiste, cette crise des canards et des volailles impacte toute une filière économique : "6.000 emplois directs sont dépendants de notre filière, dans les abattoirs, les transports, les équipes d'attrapage des volailles, de nettoyage..."

Avec ses collègues, François Darbo a distribué des tracts toute la matinée, et expliqué aux automobilistes la situation de la profession. Certains ne se versent plus de salaire, ils tiennent avec la paye de leur conjointe, les banques ne suivent pas... Derrière le volant, le message passe et les conducteurs se montrent solidaires, comme cette landaise : "Je trouve qu'on les a eus, ils ne sont pas écoutés" quand une autre lâche spontanément : "Mais pourquoi... pourquoi vous n'avez pas manifesté plus tôt ?"

Pas question pour les éleveurs de baisser les bras et de s'arrêter là. La mobilisation va continuer, chaque jour, avec des barrages filtrants. Ce vendredi matin, ils seront à Hinx, Aire-sur-Adour, Saint-Sever, Bénesse-les-Dax et ce vendredi après-midi, à Mugron, Hagetmau, et Cazères-sur-l'Adour.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, est attendu à la foire de Pau ce week-end, aux côtés du premier Ministre Edouard Philippe. Si aucune annonce concrète n'est faite, le mouvement se durcira dès lundi promettent les agriculteurs landais.

Si aucune annonce concrète n'est faite rapidement, les agriculteurs landais promettent de durcir le mouvement - Radio France
Si aucune annonce concrète n'est faite rapidement, les agriculteurs landais promettent de durcir le mouvement © Radio France - Elodie Vergelati