Agriculture – Pêche

Les éleveurs bovins s'en prennent à Carrefour à Lattes

Par Benjamin Rieth, France Bleu Hérault mercredi 7 septembre 2016 à 18:16 Mis à jour le mercredi 7 septembre 2016 à 18:23

Les éleveurs voulaient sensibiliser les consommateurs à leur situation
Les éleveurs voulaient sensibiliser les consommateurs à leur situation © Radio France - Benjamin Rieth

Toute la journée, à l'entrée du Carrefour à Lattes, une vingtaine d'éleveurs venue de Lozère et d'Aveyron s'est mobilisé contre le centre commercial Carrefour. L'enseigne achète leur viande à un prix trop bas pour pouvoir couvrir leur coût de production.

Sur le tee-shirt rouge de ces éleveurs visibles de loin, un même message : "Notre métier a un prix". Une semaine après la mobilisation des producteurs de lait contre Lactalis, tous ont répondu à l'appel du principal syndicat d'éleveurs bovins (FNB) soutenu par la première fédération d'agriculteurs, la FNSEA.

Le petit groupe s'est positionné à l'entrée du parking du centre commercial et arrête les voitures pour distribuer des tracts. La conversation qui s'en suit est surprenante. Les éleveurs demandent tout simplement au client de ne surtout pas acheter leur viande dans ce magasin et de se tourner vers le concurrent, les magasins du groupe Système U.

La vingtaine d'éleveurs s'est positionné devant Carrefour - Radio France
La vingtaine d'éleveurs s'est positionné devant Carrefour © Radio France - Benjamin Rieth

Pas question pour eux de faire de la publicité gratuite pour cet autre grand groupe de la distribution mais il s'avère que cette enseigne est la seule à avoir signer une charte avec les éleveurs pour payer la viande à un prix supérieur au coût de production. "S'ils [les entreprises de la grande distribution, ndlr] veulent, ils peuvent, car leurs marges leur permettent de le faire", assure Jean-Pierre, un éleveur aveyronnais. "Si Super U y est arrivé, pourquoi les autres ne le feraient-ils pas ?"

"Ils tuent la production"

D'après la FNSEA, en vingt ans, la situation s'est particulièrement dégradée pour les éleveurs bovins. Leurs charges auraient augmentées de 47% alors que dans le même temps, le prix payé au producteur ne grimpaient que de 22%. Aujourd'hui, Olivier Boulat, président de la FDSEA en Lozère assure ne plus se verser de salaire.

"Actuellement, je suis à quatre euros le coût de production d'un kilo, et on nous le paye 3,70 euros", explique-t-il, affirmant qu'il est au bord du gouffre : "J'ai des factures énormes qui attendent sur le coin du bureau, je ne peux plus payer".

Le message adressé à Carrefour est clair - Radio France
Le message adressé à Carrefour est clair © Radio France - Benjamin Rieth

Mobilisés à Lattes, mais aussi un peu partout en France, les éleveurs bovins espèrent bien faire plier Carrefour et ses concurrents. Même si les négociations entamées depuis plusieurs mois semblent compliquées d'après Olivier Boulat, qui dénonce le comportement de Carrefour.

"Ils disent que c'est une foutaise ce que nous sommes en train de faire", raconte le président de la FDSEA, "les grands groupes ne pensent qu'à une chose actuellement : avoir la matière la moins chère possible et gagner de l'argent le plus possible. Ils tuent la production !"

Partager sur :