Agriculture – Pêche

Le barrage des Plats : un désastre écologique ?

Par Léo Tescher, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 11 septembre 2016 à 12:22

Une grande quantité de poissons morts a été retrouvée ce samedi en amont du barrage, dans la Semène (photo d'illustration)
Une grande quantité de poissons morts a été retrouvée ce samedi en amont du barrage, dans la Semène (photo d'illustration) © Maxppp - Jérôme Gorin

Samedi après-midi, les pompiers ont découvert une grande quantité de poissons morts, sur environ 800 mètres, juste en amont du barrage des Plats, dans la Semène. Des relevés d'eau doivent encore être effectués, mais un spécialiste des cours d'eau pointe déjà la responsabilité du barrage.

Martin Arnould, qui s'est battu avec le collectif Loire Amont Vivante contre la remise en eau du barrage des Plats il y a un peu plus d'un an, n'est pas surpris par cette découverte des pompiers. « Quand on bloque une rivière, explique-t-il, et c'est l'inconvénient d'un barrage... on dégrade automatiquement la qualité de l'eau parce qu'on transforme une eau courante, fraîche et bien oxygénée, en une eau stagnante qui se réchauffe. Et quand une eau se réchauffe, elle perd son oxygène. En plus la remise en eau de ce barrage s'est faite de manière beaucoup trop rapide, sous l'impulsion de l'État. Toute la masse végétale : les aulnes, les herbes, les bouleaux, les saules, qui avaient poussé pendant les dix ans de renaturalisation du site sont maintenant sous l'eau ! Tout est en train de pourrir, et donc de produire du méthane. Ajoutez à cela la pollution venant de l'amont par les activités agricoles qui ne sont pas toutes encore en bio, forcément ça conduit à une dégradation de la qualité de  l'eau ». C'est ce qui selon Martin Arnould expliquerait la mort subite de plusieurs dizaines de poissons : « Je n'affirme rien, mais je pense que les poissons sont allés se réfugier dans les parties les plus fraîches de la rivière et qu'avec la sécheresse ils sont morts parce que les conditions de milieu sont très dégradées ».

« Un mensonge d'État local »

Le coordinateur du collectif Loire Amont Vivante est désespéré : « Toutes les autorités nationales avaient très clairement expliqué que cet ouvrage était complètement inutile pour approvisionner le bassin de Firminy en eau. L'agence de l'eau avait même identifié la Semène comme étant magnifique parce qu'elle pouvait potentiellement être un réservoir biologique avec des espèces indicatrices d'une biodiversité très riche et absente de quasiment toutes les autres rivières du département. Et bien malgré toutes ces pressions, l'État local (ndlr. la préfecture) a imposé cet ouvrage ».

Un relevé d'eau doit être effectué ces jours-ci.

Partager sur :