Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le Berry au salon de l’agriculture, succès des dégustations mais pas des ventes

vendredi 3 mars 2017 à 20:25 Par Armêl Balogog, France Bleu Berry

Le Berry était à l'honneur vendredi 3 mars au salon international de l'agriculture à Paris. Les visiteurs étaient invités à venir déguster des spécialités locales, au stand Prestige de la région Centre-Val de Loire.

La foule au stand de dégustation lors de la journée du Berry au salon international de l'agriculture 2017
La foule au stand de dégustation lors de la journée du Berry au salon international de l'agriculture 2017 © Radio France - Armêl Balogog

Paris, France

Des dizaines de personnes sont massées autour du stand de dégustation, vendredi 3 mars, vers midi. Attirées d’abord par la foule "parce que quand il y a du monde, c’est que c’est bon", puis par les bonnes odeurs qui émanent de la cuisine du chef Philippe Perrichon, du restaurant Le Saint-Jean à Drevan, dans le Cher.

C’est un plaisir, ça fait 5 ans que je le fais, je ne me vois pas faire autrement. Je ne pourrais pas faire l’impasse, ce n’est pas possible. – Philippe Perrichon, chef d’un restaurant du Cher

Le stand des fromages de chèvres AOP de la région Centre au salon international de l'agriculture 2017 - Radio France
Le stand des fromages de chèvres AOP de la région Centre au salon international de l'agriculture 2017 © Radio France - Armêl Balogog

Les spécialités berrichonnes, « très bonnes » selon les visiteurs

Les dégustateurs n’ont qu’un mot à la bouche, "bon". "C’est bon ? C’est bon !" Encouragés par l’animateur qui hèle la foule au micro, les visiteurs avancent les uns derrière les autres afin de goûter tour à tour à un morceau de carpe frite, d’escargot mariné, de quenelle de carpe avec sauce à l’écrevisse, puis à un verre de Reuilly blanc du domaine Jean-Michel Sorbe, ou de Pouilly-Fumé blanc du domaine Tabordet, ou de Reuilly gris du domaine Matthieu et Renaud Mabillot, ou de Reuilly rouge du domaine Marc et Philippe Daniel.

Certains de ces produits ne sont pas représentés sur les stands, le reste du salon, c’est donc une belle occasion pour eux de se faire connaître. Les plats en revanche sont cuisinés à partir de poissons de Brenne, représentés au stand de la Fédération aquacole de la région Centre (Farec).

Le verre à la main et la bouche pleine, on a pu y croiser plusieurs élus locaux berrichons. Pierre Flouzat, premier adjoint de Germigny-l’Exempt y accompagnait son fils, juré dans un concours, et sirotait un verre de rouge, "un vin du terroir berrichon" avec "une petite amertume derrière". Gil Avérous, le maire de Châteauroux, et son équipe de communication n’ont pas manqué le pot à midi pile, en compagnie des présidents des Chambres d’agriculture de l’Indre et du Cher, Robert Chaze et Etienne Gangneron. L'occasion de discuter dans un cadre informel de solutions éventuelles pour sortir les agriculteurs de la crise, nous souffle-t-on à l'oreille.

Le stand des poissons de la Brenne au salon international de l'agriculture 2017 - Radio France
Le stand des poissons de la Brenne au salon international de l'agriculture 2017 © Radio France - Armêl Balogog

Un salon "vitrine" qui coûte cher et rapporte peu

Deux couloirs plus loin, le chaland se fait attendre. Les agriculteurs vendent peu pendant cette journée du Berry, comme pendant toute autre. D'ailleurs, certains avouent que ça fait partie du jeu. Le salon de l'agriculture, "c'est une bonne vitrine" nous dit-on. Impossible également de mesurer les bénéfices à long terme sur les ventes ou ne serait-ce que sur l'image du produit.

On s'est déjà posé la question. On ne sait pas mesurer l'impact que ça peut avoir sur la consommation et c'est très difficile. En revanche, si on n'était pas là, je pense que ça se remarquerait. - Jean-Luc Roy, l'animateur du syndicat de l'AOP du Pouligny

Pour ce salon, les agriculteurs sont prêts à payer 15.000 euros, le prix environ d'un stand pendant une semaine. Faute de pouvoir investir cette somme chacun, ils se cotisent et font un stand collectif. Dans celui des AOP des fromages de chèvres de la région Centre, on trouve du Pouligny-Saint-André, de la Selles-sur-Cher, du Chavignol, etc. Au stand de la Fédération aquacole de la région Centre (Farec), on trouve des plats transformés base de plusieurs poissons de la Brenne, de carpe, de sandre, etc, représentant une centaine d'acteurs.

Faute de grosses ventes, les agriculteurs peuvent espérer séduire de nouveaux clients, des boutiques ou des restaurateurs. Les carpes de la Brenne par exemple ont tapé dans l'oeil de deux restaurateurs pendant la semaine du salon. Un bon bilan pour une première fois dans le grand événement parisien.

Je pense que c'est important d'être là pour montrer d'abord que nous existons. On a des produits de qualité, du terroir, régionaux. C'est aussi par la restauration qu'on arrivera à faire connaître ces poissons d'eaux douces. - Françoise Aubrun, présidente de la Farec

En tout, trois stands de produits berrichons ont été tenus tout le temps du salon (fromages, poissons et sablés de Nançay). Le stand de lentilles vertes du Berry a été ajouté spécialement pour la journée du Berry. Dans le pavillon des animaux, 20 éleveurs berrichons ont fait le déplacement cette année.