Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le blé du Nord et du Pas-de-Calais est précoce et de "très bonne qualité" cette année

lundi 30 juillet 2018 à 19:30 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Nord

La récolte de blé touche à sa fin dans le Nord et le Pas-de-Calais. Bien plus précoce que les années précédentes, la moisson 2018 est globalement satisfaisante. Les rendements sont bons et la qualité du blé est encore meilleure.

"Il n'y a pas à dire : la qualité de cette année, c'est du très très bon," confirme Quentin Destombes, producteur de blé à Quesnoy-sur-Deûle
"Il n'y a pas à dire : la qualité de cette année, c'est du très très bon," confirme Quentin Destombes, producteur de blé à Quesnoy-sur-Deûle © Radio France - Lucas Valdenaire

Quesnoy-sur-Deûle, France

Les producteurs de blé du Nord et du Pas-de-Calais sont soulagés. La sécheresse de ces derniers mois aurait pu être catastrophique. Finalement, les conditions climatiques n'ont pas trop fait souffrir leurs champs. Le bilan de la moisson 2018 est bon dans les Hauts-de-France, première région productrice de blé tendre en France.

Une récolte très précoce

D'habitude, la récolte du blé commence à la fin du mois de juillet et se termine à la mi-août. Mais cette année, les moissonneuses ont déjà presque toutes rempli leur mission. La récolte 2018 s'est ainsi faite avec deux semaines d'avance. "Depuis le mois de mai, les conditions climatiques sont à la fois sèches et chaudes, explique Jacques Blarel, responsable des conseillers en production végétale à la Chambre d'agriculture du Nord-Pas-de-Calais. Cela a entraîné un avancement des maturations du blé." 

Les périodes de sécheresse de ces dernières semaines "n'ont pas eu de grosses conséquences sur le blé, sauf sur les parcelles qui n'avaient pas beaucoup de réserves hydriques. Sur ces secteurs en particuliers, cela a quand même eu des conséquences sur les rendements".

"Dans notre région, on est plus heureux avec des périodes printanières et des débuts d'été secs"

Quentin Destombes produit du lait, des pommes de terre et des céréales sur une exploitation familiale à Quesnoy-sur-Deûle. Il est également membre des Jeunes Agriculteurs et il confirme que "pour nous, la récolte de blé a commencé le 16 juillet avec pratiquement deux semaines d'avance." 

Des rendements dans la moyenne

Cette saison, les rendements sont en moyenne supérieurs à 85 quintaux par hectare. Certaines parcelles montent même jusqu'à 100 quintaux. Evidemment, cela dépend des secteurs. "Mais globalement, les rendements sont corrects par rapport à ce qu'on a pu connaître ces dernières années," reconnaît Jacques Blarel de la Chambre d'agriculture. Forcément, la moisson catastrophique de 2016 est encore dans tous les esprits. 

Un blé "de très bonne qualité"

La bonne nouvelle de cette récolte 2018, c'est bien la qualité du blé. Cette année, le poids spécifique est en moyenne supérieur à 80, ce qui correspond à un indice de bonne qualité (la norme se situe autour de 76). Autre critère : le taux de protéine. "Il est très élevé cette année : entre 12 et 13 en moyenne dans la région", détaille Jacques Blarel. En général, ce taux doit être autour de 11.

"Cette teneur en protéine favorise les exportations et la mise sur le marché : c'est un gage de qualité."

L'avantage pour le producteur nordiste Quentin Destombes, c'est que du blé de meilleure qualité se vend plus cher. "On va dire que cette récolte 2018 vient à point nommé vu que sur certaines exploitations, la trésorerie est tendue."

"Ici dans le Nord-Pas-de-Calais, une exploitation, ce n'est pas que du blé. On a plusieurs cartes pour s'en sortir."

"Des fois, on a une activité qui sort la tête de l'eau et ça permet de créer le revenu sur l’exploitation," explique le jeune agriculteur.

Le blé de cette saison pourrait donc compenser d'éventuelles pertes futures. En effet, dans la région, le manque de pluie pourrait menacer d'autres cultures comme les betteraves, les pommes de terre ou encore le maïs.