Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le blocage du port de Sète par des activistes de Greenpeace se poursuit

-
Par , France Bleu Hérault

Depuis vendredi après-midi, un cargo de soja arrivé à Sète en provenance du Brésil ne peut pas décharger sa cargaison. Des militants de l'association écologiste Greenpeace occupent les grues de déchargement pour l'en empêcher.

Une vingtaine de militants de Greenpeace occupent les grues de déchargement du port de Sète
Une vingtaine de militants de Greenpeace occupent les grues de déchargement du port de Sète - Jean-Nicholas Guillo - Greenpeace

Sète, France

Trois jours après avoir accosté dans le port de Sète, le cargo de soja en provenance du Brésil n'a toujours pas pu décharger sa cargaison. Depuis vendredi, 14h30, et après avoir perturbé l'accostage du navire, une vingtaine d'activistes de l'association écologistes Greenpeace occupent toujours les grues de déchargement du port

Ils refusent l'entrée en France de ce soja dont la culture cause la déforestation au Brésil et qui en France, sert à nourrir les vaches et les poules. Sur les grues ils ont accroché des messages : "forêts en danger", ou "soja qui déforeste". Les militants refusent de descendre des grues sans des mesures du gouvernement pour limiter ce type d'importations.

"On lâche rien du tout, on restera le temps qu'il faudra, assure Paulo, l'un des occupants des grues. Le silence du gouvernement nous pousse dans notre détermination. On demande des actes concrets, et _ça commence par faire faire demi-tour à ce cargo_. On n'a plus le temps de l'incompétence et de l’irresponsabilité. Cette stratégie de pourrissement est suicidaire vis-à-vis de la planète".