Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le champion mayennais François Pervis se lance dans la culture du bambou

-
Par , France Bleu Mayenne

Le septuple champion du monde de cyclisme sur piste François Pervis va reprendre l'exploitation de son père pour créer une bambouseraie. Une reconversion inédite qui aura lieu dans quelques mois, après sa participation aux Jeux Paralympiques de Tokyo 2021.

François Pervis, médaillé de bronze aux J.O de Rio avec l'équipe de France de cyclisme sur piste
François Pervis, médaillé de bronze aux J.O de Rio avec l'équipe de France de cyclisme sur piste © Radio France - Gildas Menguy

Sept fois champion du monde, une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 et détenteur du record du monde du kilomètre... Le CV de François Pervis n'est plus à faire. Pourtant, depuis quelque temps, une nouvelle ligne va s'écrire. En effet, le pistard français se lance dans la production industrielle de bambou, en créant une bambouseraie. Un projet familial qui colle parfaitement avec sa volonté d'agir pour l'environnement. 

"Avec mon frère, nous avons décidé de reprendre la ferme de notre père, dans la commune de Villiers-Charlemagne et comme l'élevage bovin ne rapporte plus, on a décidé de transformer la ferme en bambouseraie", se réjouit François Pervis. Le choix du bambou n'est pas anodin, car c'est un excellent substitut au plastique pour la création de paille, de coton tige ou même pour la fabrication de meuble. 

Je ressentais le besoin d'agir pour notre planète ! Et le bambou est bon pour l'environnement", explique le champion français. 

"Le bambou absorbe 4 fois plus de CO2 qu'un arbre, et en plus, le bambou est utile pour fabriquer beaucoup de choses, donc c'est super". Les fibres de bambou peuvent aussi être un bon complément alimentaire pour les végétariens et les végans. 

Plein de bienfaits donc, qui ont réussi à convaincre François Pervis de se lancer dans une nouvelle aventure. Les premiers plants devraient voir le jour en mai prochain, à 3 mois des Jeux Paralympiques de Tokyo 2021. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess