Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le confinement, une bonne nouvelle pour les poissons et les coquillages ?

En cette période de grandes marées, les plages sont interdites en Bretagne. Les poissons, les coquillages et crustacés ont donc un répit... Mais est-ce suffisant pour la préservation des ressources ?

Pêche à pied (illustration)
Pêche à pied (illustration) © Radio France - Aurélie Lagain

Le confinement, une bonne nouvelle pour les coquillages, les crustacés et les poissons ?  Cette semaine, ce sont les grandes marées, depuis ce mardi. Les plus forts coefficients sont attendus jeudi, 117.

Plages et pêche à pied interdites

Mais les plages de Bretagne sont interdites. C'est donc un repos biologique forcé pour l'estran. Et c'est une bonne nouvelle estime Yves Teurtroy, de l'association des pêcheurs de l'Ile Tudy en sud Finistère : "La vie met entre deux et trois ans pour reprendre sous ces rochers, ainsi que les algues brunes dessus. Le fait que les rochers ne soient pas soulevés, c'est important. Moins il y aura de coquillages ou de crustacés de prélevés, plus ils pourront se reproduire, il y en aura plus après. Les ormeaux, les palourdes, les étrilles, les coques..."

Bonne nouvelle pour l'étrille

L'étrille, justement, devrait en profiter. "L'étrille se reproduit deux fois, détaille Yves Teurtroy. La première ponte a lieu en janvier-février, et une deuxième ponte a lieu en mai-juin. _Tous les crabes qui n'ont pas été prélevés à cette grande marée pourront se reproduire en mai-juin et c'est juste parfait_."

Des effets bénéfiques mais...

"La pression, le piétinement, le retournement des cailloux, le fait que ça s’arrête ne peut avoir que des effets bénéfiques", renchérit Catherine Talidec, responsable de l'unité sciences et technologies halieutiques à l'IFREMER, l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer. 

Mais il faudrait beaucoup, beaucoup plus de temps pour que cela permette aux coquillages et aux poissons d'en profiter pour se multiplier : un à deux ans pour que ce soit vraiment bénéfique, particulièrement pour le bar dont la ressource est en mauvais état.

Savoir raison garder après le confinement

Cela fait des jours que de nombreux bateaux restent au port, après des cours qui étaient en chute libre. Il y a donc moins de pêche : "Un arrêt temporaire comme ça est une réduction de l'effort de pêche, une réduction de la pression sur les stocks. Mais là l'effet est moins prévisible car si après on se rattrape ? _Tout dépend de ce qui va se passer après._"

Incertitudes sur les prochaines grandes marées

D'ailleurs, pour les pêcheurs à pied, faut-il s'attendre ensuite à une pêche miraculeuse ? Les prochaines grandes marées ont lieu du mercredi 6 au samedi 9 mai. Yves Teurtroy sourit : _"Déjà : Est-ce qu'on aura le droit d'aller pêcher dans un mois ? Oui, ce qui n'aura pas été prélevé à cette marée-ci sera là pour le mois prochain. De là à dire qu'il y en aura beaucoup plus ? On espère que les pêcheurs à pieds seront raisonnables et responsables. La majorité des espèces est soumise à quotas... Pour les ormeaux, par exemple 20 pièces à la taille de neuf centimètres."_

Choix de la station

À venir dansDanssecondess