Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2017

Le creusois Dominique Loulergue allie passion bovine et équine

vendredi 3 mars 2017 à 11:18 - Mis à jour le vendredi 3 mars 2017 à 11:26 Par Valérie Mosnier, France Bleu Creuse

Du côté de Saint-Michel-de-Veisse, entre Aubusson et Pontarion, Dominique Loulergue élève des charolaises... mais aussi des chevaux de la race bretonne. Cette semaine au Salon de l'Agriculture, il présentait Emmy de la Chapelle, une pouliche bretonne.

Dominique Loulergue et son fils Victor devant Emmy de la Chapelle
Dominique Loulergue et son fils Victor devant Emmy de la Chapelle © Radio France - Valérie Mosnier

Saint-Michel-de-Veisse, France

Dominique Loulergue est installé à Saint-Michel-de-Veisse dans le Sud de la Creuse. Il présente très souvent au Salon de l'Agriculture des bovins de race charolaise, mais cette année il est monté avec Emmy de la Chapelle car le creusois est aussi un passionné de chevaux. Une passion qu'il tient de son père et de son grand-père, qui élevaient déjà des chevaux bretons. "On est agriculteur à Saint-Michel-de-Veisse, on a toujours élevé du charolais inscrit, les chevaux il y en a toujours eu sur l'exploitation... mon père avait des chevaux, mon grand-père avait des chevaux et moi j'ai continué" explique Dominique Loulergue.

Pour la troisième fois, après 2011 et 2014, Dominique Loulergue est donc monté cette année avec un cheval. Emmy de la Chapelle termine quatrième du concours général, qui eu lieu mardi. "On est déjà content d'avoir été sélectionné pour le Salon de l'Agriculture, bon... un petit peu déçu parce qu'on est pas dans les trois premiers." Emmy de la Chapelle était la seule pouliche du concours, née hors du berceau de la race.

La pouliche bretonne, Emmy de la Chapelle, du creusois Dominique Loulergue dans son box, Hall 5, au Salon de l'Agriculture - Radio France
La pouliche bretonne, Emmy de la Chapelle, du creusois Dominique Loulergue dans son box, Hall 5, au Salon de l'Agriculture © Radio France - Valérie Mosnier

Cette pouliche bretonne va avoir trois ans le mois prochain, elle est née sur l'exploitation. Pour le concours général, l'animal était le plus lourd : 918 kilos.... Emmy de la Chapelle, a déjà terminé première au concours départemental en août et première au Sommet de l'Elevage à Cournon-d'Auvergne où elle a été sélectionnée pour le Salon.

Si on veut que le département continue d'être entretenu, il faut continuer l'élevage

Tout au long de l'année, Dominique Loulergue conjugue ses deux passions, "c'est une complémentarité sur l'exploitation, on mélange les juments avec les vaches, donc au niveau gestion du pâturage ça fonctionne très bien." Dominique Loulergue avoue qu'il a toujours été un passionné de génétique et cette passion, il veut la perpétuer : "l'élevage est un patrimoine français, qu'il faut essayer de faire perdurer et dans des régions comme notre Creuse, on n'a pas d'autres solutions que d'avoir de l'élevage. Donc si on veut que le département continue d'être entretenu, il faut continuer l'élevage."

Cette année, il a fallu choisir entre bovin et cheval

Dominique Loulergue a donc suivi, jeudi, le concours général agricole de la race charolaise dans les tribunes du grand ring... Impossible pour lui d'amener un bovin en plus de sa pouliche, même "si on avait bien un taureau qui aurait pu participer, mais on a fait un choix parce qu'au niveau main d'oeuvre, on est un peu limité... Il y a toujours l'exploitation à faire tourner et on peut pas se couper en quatre non plus.."