Agriculture – Pêche

Le dernier maraîcher de Seine-Saint-Denis prend sa retraite

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région et France Bleu mardi 4 avril 2017 à 4:50 Mis à jour le mardi 4 avril 2017 à 8:47

René Kersanté dans son exploitation, à Saint-Denis
René Kersanté dans son exploitation, à Saint-Denis © Radio France - Rémi Brancato

A 75 ans, René Kersanté cède son exploitation, installée aux pieds des immeubles de Saint-Denis, qui n'étaient pas là quand sa grand-mère l'a lancée en 1920. Une ferme urbaine et pédagogique, choisie par la mairie, doit prendre le relais dans les semaines qui viennent.

Il est un peu la mémoire vivante de l'agriculture du département. René Kersanté, 75 ans, s'apprête à quitter ce lopin de terre de trois hectares où il cultive des légumes depuis son enfance, à Saint-Denis. "Le marronnier, cet arbre, il a été planté à la naissance de ma mère, il a 92 ou 93 ans" explique-t-il dans la cour, devant la maison où il est né. Sa grand-mère a lancé ici cette exploitation maraîchère en 1920. "Je suis la troisième génération, et on pourrait presque dire qu'il y en a eu quatre puisque ma fille a travaillé avec nous depuis vingt ans" raconte celui qui est désormais le dernier maraîcher du département de Seine-Saint-Denis.

Une soixantaine de maraîchers dans les années 60

"J'ai vu arriver les premières grues et les premières tours dans les années 60" raconte-t-il, photos à l'appui, dans son bureau. Dans les années 50, il y avait dans le secteur une soixantaine de maraîchers, ce qu'on a du mal à imaginer aujourd'hui. René Kersanté, qui dit avoir vu "arriver les gens de tous horizons" témoigne ainsi de l'histoire du département. "Les gamins, quand ils passent me demandent s'ils peuvent faire un tour de tracteur" dit-il dans un sourire.

René Kersanté était le dernier maraîcher du département

Ce terrain, préempté par la mairie au début des années 80 pour sauvegarder un peu de terre agricole, sera désormais exploité par deux structures : l'association le Parti Poétique et les Fermes de Gally. "On attend les repreneurs incessamment sous peu" explique René Kersanté, devant son champ où s'installent les mauvaises herbes puisqu'il n'a rien planté cette année.

La grand-mère du maraîcher a lancé l'exploitation en 1920

Les repreneurs lancent une ferme pédagogique

Le projet ? Une "ferme urbaine" qui comprendra la poursuite de la production de légumes, mais aussi un volet pédagogique, avec notamment des visites pour les enfants. René Kersanté pourrait d'ailleurs être sollicité pour raconter l'histoire du lieu. Les repreneurs ont signé ce lundi une convention temporaire d'occupation pour pouvoir lancer la culture dans les prochaines semaines. "Cela va perdurer donc c'est bien et c'est bien aussi pour la ville, merci à la ville" conclut celui qui va désormais s'occuper de ses terres dans l'Oise et le Val d'Oise, où sont installés sa fille et son gendre.

René Kersanté montre les photos de son exploitation, désormais implantée au pied des immeubles - Radio France
René Kersanté montre les photos de son exploitation, désormais implantée au pied des immeubles © Radio France - Rémi Brancato

Le maraîcher a conservé de nombreux clichés des années de production sur ses terres louées à la ville de Saint-Denis - Radio France
Le maraîcher a conservé de nombreux clichés des années de production sur ses terres louées à la ville de Saint-Denis © Radio France - Rémi Brancato