Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Jean-Pierre Passaga, le dernier meunier de l'Hérault reçoit la médaille de la ville de Montpellier

samedi 4 novembre 2017 à 4:23 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

Le dernier meunier de l'Hérault, Jean-Pierre Passaga, reçoit vendredi 3 novembre la médaille de la ville de Montpellier. Une récompense qui provoque chez lui beaucoup de fierté. Il incarne la cinquième génération de meuniers de la famille.

Jean-Pierre Passaga, 56 ans et dernier meunier de l'Hérault au moulin de Sauret.
Jean-Pierre Passaga, 56 ans et dernier meunier de l'Hérault au moulin de Sauret. © Radio France - Marion Bargiacchi

Montpellier, France

Jean-Pierre Passaga, 56 ans,, est le dernier meunier de l'Hérault. Il fait fonctionner le moulin de Sauret, dans le quartier des Aubes à Montpellier. Il reçoit ce vendredi 3 novembre, la médaille de la ville, une véritable surprise : "Cette récompense ça m'émeut beaucoup. C'est beaucoup de fierté pour moi qui ai des responsabilités dans des organismes professionnels au niveau de la meunerie nationale, moi qui suis catalogué comme le meunier de Montpellier ! Je défends ma ville à Paris."

5ème génération de meuniers

L"histoire familiale débute en Aveyron. "Mon grand-père avait trois enfants. Mon premier oncle a repris le moulin familial dans l'Aveyron. Le deuxième est parti travailler dans les moulins à l'étranger. Le troisième, mon père, a acheté le moulin de Sauret en 1967." raconte Jean-Pierre. Mais lui ne met pas les mains dans la farine tout de suite. "J'ai fait des études, je suis devenu ingénieur. Une fois à Paris, je suis devenu consultant... et je me suis ennuyé."

L'appel du Sud, de la petite entreprise, du challenge : je suis revenu m'occuper du moulin avec mon père." Jean-Pierre Passaga.

À 30 ans, il devient commercial pour son père. Il prend le volant de sa vieille Renault 5 "au moins 200 000 kilomètres au compteur" sourit Jean-Pierre, et il sillonne la région pour trouver de nouveaux clients. "Il fallait que l'on évolue pour que ce moulin résiste aux évolutions du marché".

Tradition, modernité, innovations

Derrière son bureau, Jean-Pierre Passaga ressemble plus à un chef d'entreprise qu'à un meunier tel qu'on se l'imagine. Son moulin, le moulin de Sauret, ne ressemble pas non plus à l'image d’Épinal du moulin, celui à vent, avec ses ailes. Depuis que son père a acheté le bâtiment en 1967, l'édifice a bien changé. "Quand je l'ai connu ce moulin, il fonctionnait encore à la force hydraulique, grâce au Lez qui tournait la roue. Aujourd'hui, on a 500m² de panneaux solaires qui nous servent à faire fonctionner les machines. On suit les évolutions technologiques."

Le moulin de Sauret dans le quartier des Aubes à Montpellier. - Radio France
Le moulin de Sauret dans le quartier des Aubes à Montpellier. © Radio France - Marion Bargiacchi

Le moulin de Sauret suit aussi les évolutions du blé. Aujourd'hui, les clients veulent beaucoup plus de farines bio ou label rouge. "Plus de 70% de notre blé vient de la région Occitanie."

Pour le blé bio c'est du 100% local venu du pays gardois." Jean-Pierre Passaga.

Une qualité qui permet de garder la confiance de quelques 180 clients "Certains sont là depuis plus de 25 ans. On a un peu grandi ensemble !" Évoluer c'est durer et Jean-Pierre compte bien assurer un avenir à son moulin. Dix huit employés font tourner l'affaire, des meuniers aux livreurs, en passant par les commerciaux et le service administratif. Et pour la suite ? Jean-Pierre Passaga l'assure, il a tout fait pour que ce moulin se modernise et continue de tourner. "Peut-être qu'un de mes enfants aura envie de prendre les rennes de l'entreprise, mais ils sont encore jeunes, mon aîné a 20 ans. En attendant, j'ai encore une bonne dizaine d'années devant moi !"