Agriculture – Pêche

Le froid complique le travail des maraîchers béarnais

Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Béarn mercredi 18 janvier 2017 à 20:47

Eric Camy à Meillon nettoie ses poireaux dans une eau glaciale
Eric Camy à Meillon nettoie ses poireaux dans une eau glaciale © Radio France - Jeanne marie Marco

Avec le froid extrême de ces derniers jours les maraîchers béarnais doivent ramasser plus tôt leurs légumes. Les grossistes ont du mal à fournir leurs clients.

Cette semaine en Béarn les températures descendent jusqu'à moins 8 degrés. Des températures extrêmes qui obligent les maraîchers à réorganiser leur travail. À Meillon le producteur de légumes Eric Camy anticipe la récolte et le grossiste Lannes Primeurs a du mal à fournir tous ses clients en temps et en heure.

Le producteur qui ramasse plus tôt

C'est dans le Lagoin que nous retrouvons Eric, son épouse et son père. Ils sont dans la rivière avec leurs bottes pour rincer les poireaux qu'ils ont ramassé la veille "suite au froid on a été obligés de les ramasser plus tôt que prévu, il va faire très froid dans les jours qui arrivent" explique Eric. En effet, avec les températures négatives les légumes d'Eric risquaient de geler et il faut assurer les ventes de ce week-end. Le producteur explique que la rivière est le meilleur endroit pour enlever la terre des poireaux "chez nous on est pas équipé pour, ça ferait beaucoup de terre à évacuer!".

Les conditions de travail sont extrêmes "mes mains sont rouges et la circulation du sang ne se fait pas trop mais ça va passer" dit en rigolant Eric Camy. Contrairement à son père il n'utilise pas de gants "on est pas trop habitué à travailler avec des gants, on est pas à l'aise". L'eau de la rivière ne fait pas "plus de 3 degrés" assure Eric. Avec ces conditions la production est forcément au ralenti, tout pousse beaucoup moins vite. Concernant les prix, malgré la demande et la petite production, pour la vente directe qu'il privilégie, Eric Camy s'engage à ne pas les augmenter mais "pour les grossistes c'est forcément plus cher".

Eric Camy nettoie ses poireaux dans le Lagoin à Meillon

Le grossiste qui cherche de la marchandise

Pierre Lannes avec ses salades qui poussent beaucoup moins vite avec le froid - Radio France
Pierre Lannes avec ses salades qui poussent beaucoup moins vite avec le froid © Radio France - Jeanne marie Marco

Un peu plus loin il y a l'entreprise Lannes Primeurs qui souffre elle aussi du froid mais d'une autre façon. Le froid s'étant installé sur toute l'Europe, le grossiste a du mal à trouver sa marchandise. À cette période de l'année l'entreprise travaille avec l'Espagne et le Portugal mais ces deux pays sont aussi victimes de la neige. Le co-gérant Pierre Lannes explique qu' "il neige en ce moment au sud de l'Espagne donc pour trouver des produits c'est très compliqué". D'habitude au mois de janvier c'est l'Espagne qui fournit à Lannes Primeurs une grande partie de ses agrumes ainsi que ses courgettes, ses brocolis, ses choux-fleurs, ses poivrons et ses piments.

La courgette se vendait 1.5€ le kilo et aujourd'hui 4.8€ — Pierre Lannes

Avec cette production rare les prix flambent "il y a une énorme flambée des prix depuis la semaine dernière" constate Pierre Lannes "certains produits ont quadruplés notamment la courgette, on vendait ça il y a quinze jours dans les 1.5€ et aujourd'hui on la retrouve chez nous à 4.8€". La bonne nouvelle pour le grossiste béarnais c'est que les températures semblent remonter la semaine prochaine en Espagne, on va gagner quelques petits degrés en Béarn.