Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le froid ralenti la production des maraîchers en Côte-d'Or

-
Par , , France Bleu Bourgogne

Des gelées la nuit, du soleil souvent aux abonnés absents, le mois d'avril n'est pas très printanier et ça se ressent chez les producteurs de fruits et légumes. Ce n'est pas encore catastrophique mais ça commence à devenir problématique.

Jean-Philippe Pélissier cultive une quinzaine d'hectares à Labergement-lès
Jean-Philippe Pélissier cultive une quinzaine d'hectares à Labergement-lès - Thomas Nougaillon

Labergement-lès-Auxonne, France

Les viticulteurs ont été très durement touchés par le gel ces derniers jours. Mais qu'en est-il des maraîchers ? On sait qu'ils sont très nombreux dans le Val de Saône. Le gel a t-il eu des incidences néfastes sur leurs productions de salades, de patates ou encore de radis? La réponse est non ! En revanche, les températures très basses de ce printemps ont tout de même des conséquences non négligeables à en croire Jean-Philippe Pélissier. Ce maraîcher est installé à Labergement-lès-Auxonne depuis 12 ans. Il cultive 15 hectares où les légumes peinent à pousser.

« On voit un jaunissement dans les feuilles et les légumes ne sont pas tous de la même taille, surtout les radis, les salades et les épinards. Tous les légumes de printemps en fait. C'est un manque à gagner immédiat. On ne peut pas satisfaire tous les clients pour l'instant, et dans une quinzaine de jours on aura un gros volume sur les marchés, tous les producteurs vont arriver en même temps, ce qui risque d'entraîner une chute des cours. »

Jean-Philippe Pélissier montre alors une parcelle.

« C'est une parcelle de radis qui a été récoltée hier. Les deux rangs de chaque côté sont trop petits. On les laisse s'abimer, c'est jaune, ce n'est pas beau. Ça va être jeté. Ça fait un dixième de perdu pour l'instant. En fait, ils devraient être plus gros, plus réguliers. Par exemple pour les salades de plein champs qu'on plante début mars, en général on les récolte le 20 avril, là ça ne sera pas avant le 5 mai. On n'est moins à plaindre que certains. Pour l'instant, ce n'est pas encore dramatique »

Jean-Philippe Pélissier à Labergement-lès-Auxonne - Aucun(e)
Jean-Philippe Pélissier à Labergement-lès-Auxonne - Thomas Nougaillon

Du côté de la météo, on n'annonce rien de bon au niveau des températures avant le milieu de la semaine prochaine, aux alentours du 3 mai où elles devraient remonter un peu.

Les cultures maraichères victimes de la météo, le reportage de Thomas Nougaillon

Choix de la station

France Bleu