Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le gel évité d'un cheveu dans le vignoble de Côte-d'Or

mardi 1 mai 2018 à 15:25 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Un degré c'est peu ! Mais c'est aussi énorme pour les viticulteurs de Savigny-lès-Beaune parce qu'à un degré près, les vignes auraient connu une nouvelle fois le gel. Chez les viticulteurs on souffle après s'être mobilisé en catastrophe dès lundi après-midi pour organiser des brûlages.

Les dégâts du gel dans les vignes (illustration)
Les dégâts du gel dans les vignes (illustration) © Maxppp - Christian Watier

Savigny-lès-Beaune, France

Dans les vignes, c'était le branle bas de combat dans la nuit du lundi 30 avril à ce mardi 1er mai 2018, notamment dans la région de Savigny-lès-Beaune où les viticulteurs craignaient un épisode de gel. Leur sang n'a fait qu'un tour en découvrant lundi les prévisions météo alarmistes. Tout le monde s'est vite mobilisé pour répartir des ballots de paille pour procéder à des brûlages. Les employeurs et leurs salariés se sont rapidement retrouvés dans les vignes.

Une répartition très étudiée

Tout cela ne se fait pas au hasard, explique Jean-Baptiste Lebreuil, viticulteur à Savigny-lès-Beaune et président des viticulteurs de cette appellation. "On est maintenant assez précis puisqu'on a appris beaucoup depuis l'année dernière. On connait les endroits par lesquels le froid arrive, les combes et notamment par rapport au vent qui est annoncé. On dispose des bottes de paille qui nous permettent de créer un écran de fumée pour lutter essentiellement contre les rayons du soleil qui viennent dégeler les bourgeons et les jeunes pousses le matin et créer des dégâts" raconte-t'il.  

Une pratique encadrée par la préfecture

Il faut savoir que cette pratique de brûlage de végétaux à proximité des vignobles date de l'an passé. C'était à l'initiative de plusieurs viticulteurs pour lutter contre le gel tardif. Mais ce type d'action est encadré par la préfecture. En clair, on ne peut pas faire n'importe quoi. En Côte-d’Or, l’arrêté préfectoral date du 10 août 2017. Il précise que le brûlage peut être réalisé seulement lorsque le risque de gel est avéré. Il faut prévenir les autorités administratives sur les heures et lieux de brûlage. Il faut aussi éviter que les fumées n’engendrent une gêne à la circulation sur les voies ferrées et les voies ouvertes à la circulation publique. Enfin, seuls les propriétaires des terrains concernés, ou occupants de ces terrains, peuvent pratiquer ces brûlages.

Le gel dans les vignes - Maxppp
Le gel dans les vignes © Maxppp - Christian Watier

Encore des risques de gel ? 

Cette fois ci, les brûlages n'ont pas été nécessaires car le thermomètre n'est pas descendu en dessous de un degré. Mais y a t'il encore des risques de gel, sachant que les fameux "saints de glace" ne sont pas encore passés ? Pour Jean-Baptiste Lebreuil, c'est surtout la lune qui importe. "On était en pleine lune et c'est toujours à cette période que les températures descendent le plus bas" explique le viticulteur qui se dit maintenant assez confiant et dit ne pas trop croire à "ces effets de date", tout en ajoutant que "forcément, c'est tellement ancré dans la croyance populaire, qu'on est tous obligés d'y penser mais je fais plus attention aux lunes et là, la pleine lune s'éloigne avec ses effets gouttes froides, on est donc plus sereins."

L'autre bonne nouvelle, donc, c'est qu'aucun bourgeon n'est touché. Il n'y pas de dégâts. C'est d'autant plus réjouissant que le vignoble de Savigny-lès-Beaune a été durement touché par ces épisodes de gel ces cinq dernières années. On respire donc !

Retrouvez l'interview de Jean-Baptiste Lebreuil ce mercredi 2 mai sur France bleu Bourgogne à 6H43 et 8H12