Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le Haras de Saint-Lô devrait échapper à la privatisation

vendredi 6 novembre 2015 à 0:33 Par Anthony Raimbault, France Bleu Cotentin

L'Etat veut faire des économies en vendant plusieurs de ses haras nationaux, mais le site de Saint-Lô ne devrait pas être concerné. Les élus de la Région, du Département et de Saint-Lô l'ont appris jeudi soir lors d'une réunion au Ministère de l'Agriculture.

Le Haras de Saint-Lô devrait échapper à la vente
Le Haras de Saint-Lô devrait échapper à la vente

Il y a 10 jours, on apprenait que l'Etat comptait faire le ménage dans ses haras nationaux. Les élus normands ont vu rouge, craignant de voir le site de Saint-Lô, véritable emblème de la commune, cédé au plus offrant. Ils sont donc allés demander des explications jeudi soir au Ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. La réunion a duré une heure. La délégation normande en est sortie rassurée. 

Pas de liste de haras à vendre

Première précision du Ministre : l'Etat veut certes faire des économies dans ses haras, mais il n'existe pas aujourd'hui de liste de sites à vendre. A partir de là, les élus normands ont cherché à convaincre. Ils ont mis en avant les investissements des collectivités (14 millions d'euros) sur le Pôle Hippique. Autre argument, et de poids en cette période de crise budgétaire : le site ne coûte plus un centime en entretien à l'Etat. Le syndicat mixte (Région et Département de la Manche) qui gère le Pôle Hippique dépense 200.000 euros chaque année pour rénover les bâtiments du haras inscrits au Monuments Historiques. Enfin, et contrairement à d'autres haras français, celui de Saint-Lô poursuit ses activités équestres. C'est également une vitrine et un centre stratégique pour la filière équine normande. 

L'Etat pourrait vendre... à la Normandie

La démonstration a visiblement séduit Stéphane Le Foll qui s'est engagé pour l'avenir. Si l'Etat doit vendre les bâtiments du haras, le syndicat mixte sera prioritaire sur la vente et les investissements financiers déjà consentis par les collectivités seraient pris en compte.  Un accord qui éloigne le spectre d'une vente du Haras de Saint-Lô à un repreneur privé, français ou étranger.