Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - La ferme des 4000 vaches verra t-elle le jour en Saône-et-Loire ?

mardi 5 septembre 2017 à 19:21 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Elle n'existe pas encore, mais elle fait déjà beaucoup parler d'elle : " la ferme des 4000 vaches " comme l'appellent les opposants au projet. Un agriculteur de Digoin en Saône-et-Loire veut obtenir l'autorisation d'accueillir 3910 bovins pour les exporter vers le Maghreb et la Turquie.

Le propriétaire de la ferme voudrait accueillir 3910 vaches pour les exporter ensuite
Le propriétaire de la ferme voudrait accueillir 3910 vaches pour les exporter ensuite © Maxppp - Fred Haslin

Digoin, France

Dans le quartier de Neuzy à Digoin en Saône-et-Loire, les riverains s'inquiètent du nouveau projet de Daniel Viard. Cet agriculteur a demandé l'autorisation d'agrandir son exploitation pour recevoir 3910 vaches pour les exporter ensuite vers le Maghreb, la Turquie et peut-être même la Chine. La Dreal ( direction régionale de l'environnement, l'aménagement et le logement ) de Saône-et-Loire a déjà donné un avis favorable. Une enquête publique est en cours.

Des voisins en colère

Mais certains voisins savent déjà ce qu'ils pensent de ce projet. Maurice Bernigaud ancien agriculteur parle " du bruit, de la poussière et des odeurs. On était dans un quartier réputé pour son aisance, et ça va disparaître. Tout ça pour l'ambition personnelle de quelqu'un qui veut tout écraser. " Bernard Paire, éleveur lui aussi, et voisin direct de l'exploitation ne comprend pas : _" c'est plus une ferme à ce niveau là. Tous les politiques prônent une agriculture à taille humaine et raisonnée, mais il n'y a rien d'humain ni de raisonné là-dedans. "_D'autant que le propriétaire a fait une demande d'autorisation, pour des bâtiments qu'il a déjà construits depuis 2010. Ces bâtiments sont à moins de 35 m d'un cours d'eau, ce qui est interdit, Daniel Viard demande donc une dérogation.

C'est pour tout cela que des associations et des partis politiques ont signé une tribune ces derniers jours, appelant les autorités à prendre en compte " la prévention des risques." L'ancienne star de cinéma Brigitte Bardot a écrit une lettre au ministre de l'agriculture Stéphane Travert, l'interpellant aussi sur la question du bien-être animal.

Un sujet sensible

Le propriétaire de l'exploitation n'a pas donné suite à nos appels ces dernières semaines. Le maire de Digoin ne veut pas non plus aborder le sujet, " tant que l'enquête publique n'est pas terminée. " Cette enquête publique, elle a démarré le 22 août et va se terminer le 22 septembre. A la mairie de Digoin, on peut consulter les différents documents autour du projet, et laisser ses remarques et observations sur des registres. Un rapport sera ensuite remis aux autorités, qui ne sont pas obligées d'en tenir compte pour prendre leur décision.

Dans la synthèse de son avis favorable, la Dreal de Saône-et-Loire explique que le projet pourrait avoir plusieurs impacts, sur la pollution de l'eau, sur la consommation d'eau (55 158 m3 par an), sur la qualité de vie des riverains (bruit, odeurs) ou sur le trafic routier. Mais l'autorité environnementale explique que le propriétaire a bien listé tous ces enjeux, et qu'il propose des solutions pour limiter l'impact de son projet. Restent quand même quelques points à préciser et à améliorer.