Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le melon de Cavaillon en IGP avant l'été 2020

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les melons de Cavaillon sont mûrs ! Bien sucrés et bien juteux. Ce week-end Cavaillon célébrait la fête du melon. L'occasion de faire un point pour savoir comment il se porte cette année et où en est le dossier IGP (Indication géographique protégée).

Le melon de Cavaillon.
Le melon de Cavaillon. © Radio France - Jade Peychieras

Cavaillon, France

Sur les étals de cavaillon, quelques cure-dents plantés dans la chair orange... et c'est tout. Ce qui suffit à ravir les papilles de Bernard et Jocelyne : "Il est excellent cette année, sucré et juteux à souhait", s'enthousiasment-ils. Un millésime, estime même Patrick Cluchier, un revendeur, derrière son stand coloré. "Cette année est nettement meilleure que l'année dernière, car nous avions eu un printemps extrêmement pluvieux", explique-t-il.  

"C'est comme d'habitude, il est excellent ! affirme Jérôme Jausseran, le président du Syndicat des Maîtres Melonniers de Cavaillon, un brin chauvin. La renommée vient de ce savoir-faire et cette qualité que nous recherchons." Et le label IGP (Indication géographique protégée) ne devrait plus tarder, assure-t-il. "Nous avons été reçus par le président et la directrice de l'INAO (Institut national de l'origine et de la qualité, ndlr) la semaine dernière, poursuit Jérôme Jausseran. Ils nous ont dit que le melon de Cavaillon en IGP, c'est une évidence. Il faudra encore une douzaine de mois mais nous sommes sur la dernière ligne droite", promet-il.   

Moins de concurrence et une protection du savoir-faire  

A quelques mètres de là, les melons de Bernard Chiron, producteur à Cheval-Blanc. Avant de partir à la retraire il aimerait connaitre cette IGP. "Ce sera de la concurrence déloyale en moins, et notamment à l'étranger, se félicite-t-il. Aujourd'hui, vous allez à Bruxelles et vous trouvez des melons d'Espagne avec l'étiquette 'Melons de Cavaillon'. C'est notre image qui en pâtit. Nous avons un cahier des charges très rigoureux, un savoir-faire qui se transmet. C'est très précieux."