Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Agriculture – Pêche

Le ministre de l'agriculture en Ille-et-Vilaine pour promouvoir l'enseignement agricole

jeudi 7 septembre 2017 à 17:39 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

Stéphane Travert a passé la matinée au lycée Théodore Monod du Rheu pour encourager les élèves à se lancer dans des carrières d'agriculteurs ou éleveurs, malgré les crises qui secouent régulièrement la profession

Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert rend visite aux élèves du lycée agricole Théodore Monod au Rheu
Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert rend visite aux élèves du lycée agricole Théodore Monod au Rheu © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Rheu, France

A son arrivée au lycée Théodore Monod du Rheu, le ministre de l'agriculture Stéphane Travert a eu droit à une visite des différentes salles de classes. Ici, les élèves étudient dans un amphithéâtre , mais également dans une serre recouvrant les plants de tomates qu'ils ont planté, et au milieu des vaches élevées au cœur de l'établissement. Les Terminales L et S côtoient les futurs bacheliers de la section STAV, Sciences et Technologies de l'Agronomie du Vivant, ou en licence professionnelle gestion de l'eau. Pour le ministre de l'agriculture, cet établissement est un "modèle" qui doit servir d'exemple :

"On est dans un établissement qui mutualise les bâtiments et les moyens, qui mixe des formations généralistes et celles de l'enseignement agricole. Il faut qu'on continue à avancer là-dessus. Avec mon collègue de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, nous essaierons de signer des conventions pour qu'on puisse mélanger l'enseignement technique agricole et l'enseignement général pour créer cette mixité qui est indispensable"

Encourager les vocations

En Bretagne, un lycéen sur 10 étudie dans un établissement qui propose les formations agricoles, contre 2% au niveau national. Pour le ministre de l'agriculture, cette visite est avant tout l'occasion de conforter les élèves de ces filières dans leurs choix, alors que le secteur reste fragilisé par les crises successives. Parmi les élèves présents pendant la visite, certains ont d'ailleurs déjà écarté cette possibilité, à l'image d'Annaëlle, en classe de 1ère section STAV : "je voulais devenir agricultrice, donc je me suis renseignée, j'ai parlé à plusieurs de mes professeurs qui m'ont expliqué les débouchés possibles... Je me suis rendue compte que c'était plutôt difficile, pour reprendre une ferme par exemple. En Bretagne, c'est plutôt les vaches laitières, et moi je me dirigeais vers les vaches à viande. Donc j'ai complètement changé de domaine, je me dirige vers la profession de maître-chien dans la police maintenant. C'est vrai que la situation des agriculteurs qui est assez compliquée a favorisé mon changement de métier. Mais si cette porte s'ouvre, je saisirai l'occasion !" explique-t-elle.

Certains de ses camarades se sont engagés dans cette filière car elle leur ouvre de nombreuses possibilités pour l'avenir. Jean, qui se spécialise en "production" lors de sa terminale Sciences et Technologies de l'Agronomie du Vivant, n'a pourtant aucune intention de travailler en tant qu'éleveur. Ce qui l'intéresse, c'est avant tout le bien-être animal : "on voit tous les aspects de la production animale et végétale. Le milieu agricole m'est complètement étranger, mais ce bac me permet de travailler plus tard en tant que soigneur animalier, dans les zoos par exemple. Ce qui est bien avec ce bac, c'est ce qu'on peut faire plusieurs métiers ensuite" explique le lycéen.

Un secteur en crise

Les élèves qui se destinent à l'agriculture sont eux-mêmes conscients des difficultés. Axel reconnait que "c'est difficile, mais il y a des alternatives et des moyens d'y arriver, par exemple la conversion vers le bio pour les maraîchers". Le ministre de l'agriculture veut "donner les moyens aux filières agricoles de sortir des crises à répétition" :

Nous essayons de porter des solutions concrètes pour que les agriculteurs puissent vivre de leur travail, donc c'est autour de l'innovation et de la formation que nous pourrons rendre nos exploitations plus compétitives, parce que nous aurons des chefs d'exploitations formés et aguerris aux techniques de management, de gestion, d'élevage... Pour cela, je crois que les filières agricoles ont un avenir".

Les élèves plongés en plein cours d'anatomie des bovins - Radio France
Les élèves plongés en plein cours d'anatomie des bovins © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Si l'enseignement agricole est conséquent en Bretagne avec pas moins de 70 établissements qui permettent de suivre ces filières, le nombre d'élèves était en revanche à la baisse ces dernières années : ils étaient plus de 17.600 sur l'année scolaire 2013-2014, contre 16.100 l'année passée. Pas de quoi cependant entamer la confiance de Stéphane Travert : "Nous avons encore de la place pour accueillir les jeunes qui souhaitent embrasser une carrière dans le milieu rural ou agricole. Ils ont ici des formations adaptées pour ces métiers"