Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le nouveau foirail de Château-Gontier n'attire pas les foules : le marché aux broutards est déplacé au jeudi

vendredi 12 octobre 2018 à 17:54 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Les responsables du foirail de Château-Gontier ont décidé d'arrêter le marché aux broutards du mardi après-midi, et de le déplacer au jeudi matin, pour tenter d'attirer plus de négociants. Le marché peut accueillir près de 300 animaux, mais ce mardi, il n'y avait que 25 bovins à vendre.

Jean-Jacques Gendry, le responsable du foirail de Château-Gontier.
Jean-Jacques Gendry, le responsable du foirail de Château-Gontier. © Radio France - Charlotte Coutard

Château-Gontier, France

C'est un équipement flambant neuf, qui reste presque vide. Le nouveau foirail de Château-Gontier a ouvert ses portes le 4 septembre dernier au parc Saint-Fiacre. Mais il n'attire pas les foules, les responsables ont donc décidé d'arrêter le marché aux broutards - des jeunes bovins de six mois à un an - le mardi après-midi, pour le déplacer au jeudi matin, le même jour que le marché aux veaux.

Vingt-cinq animaux seulement à vendre mardi dernier

Normalement, le marché aux broutards peut accueillir près de 300 animaux, le premier marché, le 4 septembre, avait accueilli 280 animaux, mais ce mardi 9 octobre, il n'y en avait que 25. C'est vrai que le nouveau foirail a connu des problèmes à l'ouverture, les animaux glissaient sur le sol, trop lisse. Mais des tapis ont été installés et un nouveau revêtement doit être posé.

"On est très déçus".

"On a du mal à s'expliquer cette non adhésion. On sait que les commerçants sont très pris les trois premiers jours de la semaine, ils sont obligés de livrer la marchandise dans les abattoirs. On a constaté qu'ils ont du mal à dégager des moyens humains et matériels pour amener des animaux au marché. Mais on est très déçus, je savais qu'il était difficile de changer les habitudes chez les commerçants, mais je pensais quand leur mettant à disposition un outil de travail plus que performant, je pensais qu'il allait y avoir une adhésion plus importante de la profession", regrette Jean-Jacques Gendry, le responsable du foirail.

Un marché le jeudi pour attirer plus de commerçants

En déplaçant le marché aux broutards au jeudi matin, juste après le marché aux veaux, l'objectif est donc d'attirer plus de bêtes et plus de commerçants.

"Il y avait une belle place pour le foirail le mardi".

"Mardi c'était un super jour pour nous parce qu'il n'y avait pas de marché dans la région, le plus près était dans les Deux-Sèvres. Donc il y avait une belle place pour le foirail le mardi. Précédemment le marché de Laval était lui aussi le mardi. Maintenant on va reporter l'activité le jeudi, en espérant que les opérateurs de Fougères, qui ont peut-être boudé au départ parce qu'ils préféraient le jeudi, donc on espère que ces opérateurs là vont venir le jeudi", ajoute Jean-Jacques Gendry.

Le marché aux veaux aura donc lieu le jeudi matin, toujours dans l'ancien foirail, et le marché aux broutards juste après, dans le nouveau foirail.  

Evidemment, plus il y a d'animaux, plus c'est rentable, les commerçants paient un droit de place de quatre euros par bête. À terme, tous les marchés doivent être réunis dans le nouveau foirail.