Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le parc du Marais Poitevin lance une souscription publique

L'objectif de la souscription est de financer le renouvellement des arbres du parc touchés par le vieillissement et une maladie : la chalarose.

Les arbres qui permettent tenir les berges dans le marais poitevin.
Les arbres qui permettent tenir les berges dans le marais poitevin. © Radio France - Noémie Guillotin

Le Marais Poitevin veut replanter des arbres. Depuis quelques années la situation devient critique : les frênes têtards sont vieillissants et surtout ils sont malades. La chalarose qui vient tout droit de l'Europe de l'Est a atteint le marais en 2016 et depuis, les troncs se parent de nécroses.

Ces frênes sont pourtant fondamentaux. Grâce à leur racines épaisses et larges, ils permettent de maintenir les berges du marais et évitent ainsi l'érosion. Ils sont aussi un repère pour la faune qui peuple les cours d'eau. 

Les remplacer par d'autres essences

Mais replanter des frênes de la même essence aurait peu d'intérêt, il faut éviter que la maladie ne se re-propage. Francois Bon, vice-président du parc du Marais Poitevin l'indique : "Six nouvelles essences ont été sélectionnées, il y a par exemple des chênes pédonculés ou des saules". L'objectif est d'éloigner la chalarose.

Financer cette reforestation a un coût que le parc ne peut supporter : "il existe 400 000 frênes dans le parc, il nous faut des financements extérieurs". C'est donc avec l'appui de la Fondation du Patrimoine que le parc lance aujourd'hui une souscription publique. 

25 euros par arbre

Les dons peuvent être faits sur le site de la fondation. Chaque 25 euros, un arbre sera planté. Ces dons sont déductibles fiscalement, ce qui signifie qu'il en reviendra finalement à 8,5 euros pour la plantation d'un arbre. 

Selon Francois Bon, la démarche est fondamentale, comme au 19e siècle, qui marque la dernière opération de vaste plantation. Il s'agit de remodeler le parc pour des dizaines d'années : "C'est la foret de demain que nous faisons, celle du 22e siècle". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess