Agriculture – Pêche

Le picodon veut se faire un nom en dehors de la région

Par Charlotte Jousserand, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu dimanche 9 octobre 2016 à 6:00

14.550 chèvres produisent le lait du Picodon
14.550 chèvres produisent le lait du Picodon © Radio France - Charlotte Jousserand

Le syndicat AOP du picodon veut développer le fromage au lait de chèvre entier drômardéchois. Le syndicat a signé ce vendredi une convention avec le département de la Drôme pour assurer la promotion mais il manque toujours de nouveaux éleveurs pour étoffer la production.

Le picodon veut se faire connaître au delà des frontières de la Drôme et de l'Ardèche. Le fromage de chèvre picodon a obtenu une appellation d'origine protégé en 1983, mais il peine toujours à être connu en dehors de la région. Le département de la Drôme a donné, pour 2016, 12.000 euros de subvention pour notamment assurer sa promotion. Un livre de recettes réalisées avec du picodon a été récemment publié et une journée spéciale picodon sera prévue sur le stand de la Drôme lors du prochain Salon de l'Agriculture.

Une clientèle locale

Le picodon a besoin de plus de notoriété mais ce fromage rencontre un autre problème. Il n'est pas produit en quantité suffisante. Actuellement, les 480 tonnes de picodon produites chaque année sont pratiquement toutes achetées et consommées localement. Hervé Barnier est producteur fermier à Vesc dans la Drôme, commune considérée comme le berceau du picodon. Avec ses 150 chèvres, Hervé Barnier produit chaque année avec son épouse, 120.000 picodons qui sont ensuite vendus dans une vingtaine de commerces de proximité, mais aussi achetés directement sur place par les touristes de passage notamment l'été. Hervé Barnier vend également quelques fromages à des grossistes mais il reconnait que c'est une toute petite partie de sa production.

Le Picodon a besoin de plus d'éleveur

Le picodon doit être produit en quantité plus importante pour mieux se vendre dans les autres régions. "Il faut plus d'éleveur" reconnait Philippe Benezech, le président du syndicat AOP picodon. Ils sont actuellement 185 sur les deux départements de la Drôme et de l'Ardèche. Selon Philippe Benezech, "le cahier des charges n'est pas coercitif, il est positif" car il garantit une stabilité aux exploitations qui adhèrent au syndicat ou aux exploitants qui se lancent dans l'élevage de chèvre.

Des réunions d'information sur le syndicat du picodon AOP sont prévues au cours du mois d'octobre avec les différents acteurs de la filière pour recruter de nouveaux éleveurs et pour susciter des vocations.

Partager sur :