Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le porc cul-noir à l'honneur sur l'île de Vassivière ce week-end

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu Creuse

Comme chaque été désormais, le porc cul-noir est célébré comme il se doit sur l'île de Vassivière ce samedi et ce dimanche. C'est un rendez-vous incontournable pour toute une filière mais aussi pour les curieux qui souhaitent découvrir cette race, véritable petit bout de patrimoine Limousin.

Le porc cul-noir du Limousin est à l'honneur ce samedi et ce dimanche sur L'île de Vassivière .
Le porc cul-noir du Limousin est à l'honneur ce samedi et ce dimanche sur L'île de Vassivière . © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Vassivière, Beaumont-du-Lac, France

Sur l'île de Vassivière tout au long du week-end il est possible d'admirer un drôle de spectacle : des porcelets qui gambadent en liberté avec leurs mamans et surtout ... des porcelets à la tête et au cul noirs ! Cette race locale a bien failli disparaître mais renaît grâce à quelques dizaines de passionnés et une niche : le luxe. 

Un petit cochon dans la cour des grands

Car certains de ces petits porcelets finiront bientôt dans nos assiettes ou tout du moins en vente directe, en épiceries fines ou dans de grands restaurants sous forme de saucissons, de saucisses ou de pâtés. Le produit phare reste le jambon car le Cul-Noir comme son cousin basque est un porc ibérique. 

A en croire Jean-Luc Monteil, Vice-Président de la coopérative L'écusson Noir, il n'a rien à envier à ses petits voisins" C'est 16 mois d'élevage, entre 18 et 24 mois de séchage. C'est un jambon qui peut rivaliser avec le pata negra espagnol !". C'est surtout la clé pour sauver cette race selon Nicolas Coudert, le président du syndicats des éleveurs"Le jambon représente 55% de la valorisation d'une carcasse. Sans lui, les éleveurs ne pourraient pas vivre du Cul-Noir".  

Les plus curieux peuvent goûter la viande de porc cul-noir ce samedi et ce dimanche à Vassivière - Radio France
Les plus curieux peuvent goûter la viande de porc cul-noir ce samedi et ce dimanche à Vassivière © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Un produit de luxe 

Un jambon et plus largement une viande pour laquelle il faut mettre le prix car le Cul-Noir est un produit de luxe assumé. A l'heure où les modes d'élevages intensifs sont vivement critiqués tout comme la consommation de viande, le Cul-Noir tire son épingle du jeu avec sa rareté et sa qualité. Progressivement, les éleveurs se tournent vers cette race locale, l'une des 6 races de porcs français. Alors que la race était tombée  à seulement 150 reproducteurs il y a quelques années, désormais une trentaine d'élevages réunit 250 reproducteurs, dans l'ensemble de l'ex-Limousin mais aussi jusqu'au frontières du Périgord et de la Charente. Mais avec moins de 1000 individus le Cul-Noir est toujours classé "Race en sauvegarde".

Les éleveurs de cul-Noir défendent une méthode d'élevage où le porc est bichonné : gage de qualité pour un produit de luxe - Radio France
Les éleveurs de cul-Noir défendent une méthode d'élevage où le porc est bichonné : gage de qualité pour un produit de luxe © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Un petit bout de patrimoine local 

Il ne s'agit pas uniquement de répondre à une demande importante comme l'explique Jean-Luc Monteil qui s'est lancé il y a quelques années. Derrière le Cul-Noir il y a aussi et surtout tout un symbole : le local. 

" Ce n'est pas du cochon, ça s'appelle du Cul-Noir" lance avec un grand sourire Françis Brun l'un des 35 éleveurs que compte  le syndicat. Il n'a que 4 truies et 1 verrat, avant tout pour sa consommation personnelle. " J'essaie surtout de sauvegarder cette magnifique race" explique-t-il avant de poursuivre "C'était les races qu'élevaient nos grands-parents et il faut absolument les garder"." On ne veut pas être standardisé, on veut garder notre patrimoine" renchérit Jean-Luc Monteil. 

Et dans leur combat, les membres de la filière peuvent compter sur un public adepte du "manger moins mais manger mieux" , prêt à mettre le prix pour sauver le porc du limousin. 

Choix de la station

France Bleu