Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Le poulailler géant du Tarn autorisé à s’agrandir, les opposants promettent de poursuivre le combat

-
Par , France Bleu Occitanie

C’est un conflit qui dure depuis plus deux ans autour d’un élevage de poules à Lescout, près de de Castres (Tarn). Un élevage de poules pondeuses a été autorisé à s’agrandir par la communauté de communes. Les riverains et membre du collectif pour Lescout promettent de saisir encore la justice.

La ferme de Lescout va s'agrandir encore.
La ferme de Lescout va s'agrandir encore. © Maxppp - .

Lescout, France

La ferme aux 210.000 poules sur les rails. Mardi 3 décembre, le conseil de la Communauté de Communes du Sor et de l'Agout a validé le plan local d'urbanisme intercommunal qui autorise l'agrandissement d'un poulailler géant à Lescout entre Puylaurens et Castres. Il va passer de 180.000 à 210.000 poules en construisant un cinquième poulailler. Et pourtant, la mairie de la commune avait dit non. Elle avait pris des restrictions sur le plan local de la commune. 

La ferme de Lescout va s'agrandir encore.  - Radio France
La ferme de Lescout va s'agrandir encore. © Radio France - SM

55 millions d’œufs par an 

Une ferme qui ne cesse de grandir depuis 2011. Cette ferme, qui est parmi les plus grands poulaillers de France. Entre 180.000 et 185.000 poules y caquettent actuellement. Mais les Français mangent moins de viande et donc consomment plus d'œufs. Il faut donc produire plus que les 55 millions d'œufs pondus par an à Lescout. Cyril Gallès l'agriculteur souhaitent donc construire un cinquième poulailler pour accueillir 30.000 poules de plus. Un projet qu'il porte depuis deux ans. Des volatiles dont quelques-uns sont élevés en batterie mais la plupart sont en hangar ce qu'on appelle un élevage au sol. Une partie des poules sont aussi dehors, élevées en plein air. 

Ammoniaque dans l’air ? 

Une ferme-usine disent ses opposants dans le village et notamment du conseil municipal qui a voté des restrictions dans le plan local d'urbanisme pour empêcher l'agrandissement de la ferme. 180.000 poules c'est beaucoup de fientes, pas mal d'odeurs et peut-être  de l'ammoniaque dans l'air. Autour de ces dossiers, il y a eu des analyses sanitaires, des enquêtes de l'ARS, des études controversées sur de possibles cancers.  Le collectif promet de  poursuivre son combat en justice notamment en attaquant le PPRI (le plan de prévention des risques d'inondation) et le PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal). 

Manifestation lors du vote du PLUi qui autorise de fait le permis de construire de l'éleveur de poules.  - Aucun(e)
Manifestation lors du vote du PLUi qui autorise de fait le permis de construire de l'éleveur de poules. - DR

On n'a pas perdu la guerre — les opposants

Thomas Drieux et d’autres membres du collectif seront reçus mardi 10 décembre par le sous-préfet de Castres pour comprendre mieux le dossier.  Il est aussi conseiller municipal. Et ne veut pas arrêter de se battre malgré le vote de mardi. "On a perdu une bataille mais pas la guerre. On veut savoir ce qui se passe dans notre commune. Et on veut avoir des réponses claires notamment autour de la qualité de l’air ". 

Thomas Drieux du collectif pour Lescout

Apaisement 

A l’issue du vote, l’éleveur, s’est réjoui et a fait passer un communiqué appelant à l’apaisement dans le village. "Nous prenons acte de cette décision issue d’un vote démocratique. (…) Dans l’intérêt général de la commune, nous souhaitons entrer dans une phase constructive et, tout en comprenant leur déception, nous lançons à nos détracteurs un appel à l’apaisement, pour mener à bien ce projet ambitieux avec les habitants et les acteurs politiques et socio-économiques locaux."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu