Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le président du syndicat des vignerons des Côtes du Rhône prend acte de la sanction de l’Autorité de la concurrence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse, France Bleu
Avignon, France

Le président du syndicat des vignerons des Côtes du Rhône assume les pratiques qui lui sont reprochées par l'Autorité de la concurrence. Philippe Pellaton explique que les consignes données pendant sept ans se sont basées sur les prix de revient.

Un vignoble des Côtes du Rhône
Un vignoble des Côtes du Rhône © Maxppp - Thomas Muncke

Le syndicat des vignerons des Côtes du Rhône prend acte de la décision de l'Autorité de la concurrence qui le sanctionne pour entente. La juridiction lui reproche d'avoir élaboré et diffusé pendant sept ans des consignes tarifaires à ses membres. Cette pratique a été jugée illicite et lui vaut une amende de 20.000 euros

Le président du syndicat Philippe Pellaton assume et explique qu'il a mis en place ces consignes pour sortir les vignerons de la crise. Les prix conseillés ont été basés sur les coûts de production. Pendant ces sept années, aucune instance, ni autorité ne lui a demandé d'arrêter. Et c'est lorsque l'Autorité de la concurrence s’est saisie du dossier il y a 18 mois que le syndicat a stoppé toutes consignes à ses membres sur les prix. 

Philippe Pellaton annonce qu'il ne fera pas appel de la cette décision. Il estime que l'amende de 20.000 euros est même mesurée, ce qui prouve que l'Autorité de la concurrence a compris qu'il n'y avait pas d'intention de concurrence illégale. Il attend maintenant un vrai texte législatif pour établir un prix minimum pour les agriculteurs basé sur le prix de revient. 

Le syndicat des vignerons des Côtes du Rhône doit maintenant informer ses 5.000 adhérents de la sanction par les même voies de distribution, c'est à dire par un article dans son journal "Le Vigneron", dans les newsletters et lors de réunions. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu