Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le service de remplacement des agriculteurs se restructure dans l'Indre

vendredi 28 septembre 2018 à 6:15 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Les remplacements d'agriculteurs sont désormais gérés par secteur dans l'Indre, et non plus seulement au niveau départemental, ce qui permet de gagner en proximité et en efficacité. France Bleu Berry vous explique ce que change le nouveau système.

Anthony, 20 ans, travaille comme remplaçant sur les exploitations de Jean-Luc, Jérôme et Laurent.
Anthony, 20 ans, travaille comme remplaçant sur les exploitations de Jean-Luc, Jérôme et Laurent. © Radio France - Jonathan Landais

Châteauroux, France

Il est connu de tous les exploitants. Le service de remplacement des agriculteurs existe depuis les années 1970 dans le département, sous la forme d'une association. C'est un vivier d'ouvriers agricoles qui est mis à disposition des exploitants toute l'année pour les remplacer pendant leurs vacances ou en cas d'arrêt maladie, d'accident ou de congé parental. Dans le département le service se restructure : plusieurs groupes locaux ont désormais été créés, ce qui est nouveau.

Un CDD pour cinq exploitants

Jusqu'ici les remplacements étaient gérés au niveau départemental : quand un agriculteur avait besoin d'un remplaçant, on lui envoyait un ouvrier mais ce dernier pouvait venir d'assez loin, jusqu'à 40 km à la ronde, et ce n'était jamais le même salarié. Désormais les besoins sont aussi gérés par secteur. Les agriculteurs se regroupent sur un territoire donné et le remplaçant tourne sur un petit nombre d'exploitations avec un contrat de travail unique.

Je fais des choses différentes, chaque agriculteur n'a pas la même méthode de travail"

A Crevant, où un groupe d'exploitants s'est récemment formé, le jeune Anthony, 20 ans, originaire de la Creuse vient de signer un CDD de quatre mois, comme ouvrier agricole. Il est titulaire d'un bac pro. "Cela fait un an et demi que je suis arrivé à Crevant car j'étais en apprentissage sur une ferme juste à côté". Pas de routine : il tourne sur quatre exploitations et il est confronté à différentes situations.

"Chaque agriculteur n'a pas la même méthode de travail, ce n'est pas du tout pareil, on voit plusieurs choses, on peut faire des vêlages, d'un autre côté on va changer des lots de bêtes". Ce qui lui permet d'engranger de l'expérience pour la suite. "On ne sait pas l'avenir, peut-être qu'un jour aussi je me mettrai à mon compte pour être agriculteur".

Un gage de confiance et de sécurité

Pour les exploitants, comme Laurent Bretaud, qui a un enfant en bas âge, ce système est rassurant. Il connaît son ouvrier et peut lui faire confiance. "Si je m'en vais emmener mon fils à l'école par exemple, je sais que le travail se fait quand même, le moment où il est là c'est une confiance, c'est plus souple, c'est moins stressant".

Autre avantage : le remplaçant est désormais couvert pour les quatre exploitations en même temps. "C'est une sécurité, aujourd'hui les accidents ça peut arriver tous les jours, si demain Anthony attrape un accident chez un voisin, on sait très bien que niveau assurance, on est couvert", explique Jérôme Mérot, un autre agriculteur.

"Cela permet une flexibilité qu'on n'aurait pas avec un salarié personnel", témoigne Jean-Luc, éleveur à Crevant

C'est bien l'objectif de cette nouvelle organisation : gagner en proximité et en efficacité. "C'est également pour s'affranchir de la partie administrative : contrat de travail, déclaration, fiche de paye... ça évolue chaque mois, il y a toujours des choses à vérifier... les agriculteurs ont une facture qui arrive tous les mois, ils sont tranquilles, la partie réglementaire est faite", explique Arnaud Labesse le Président du service de remplacement de l'Indre.

Le service recrute des ouvriers agricoles

Aujourd'hui ce système fonctionne avec quatre groupes d'agriculteurs dans l'Indre : à Chassignoles (13 exploitants), au Blanc (avec 8 éleveurs), à Pérassay (5 exploitants), et à Crevant avec (5 exploitants aussi). D'autres groupes pourraient se former, notamment dans le nord du département. "L'activité au service de l'Indre ne cesse de croître de mois en mois, on est toujours à la recherche de nouvelles recrues", précise Arnaud Labesse.

Arnaud Labesse le Président du service de remplacement de l'Indre. - Radio France
Arnaud Labesse le Président du service de remplacement de l'Indre. © Radio France - Jonathan Landais

"Il nous faut un panel de salariés répartis sur tout le département avec des qualifications très diverses, qui vont de l'atelier caprin aux grandes cultures, en passant par la transformation fromagère". Actuellement le service de remplacement fait travailler environ 90 ouvriers agricoles à travers tout le département. Dans l'Indre le service réalise environ 3.200 à 3.400 journées de travail par an (journées de 7h).

  • Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez contacter le service de remplacement au 02.54.07.09.53 (ouvert de 8h à 12h et de 13h30 à 17h).