Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le Vaucluse, bon élève de l'agriculture bio

lundi 5 novembre 2018 à 6:01 Par Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Vaucluse

Le département est le cinquième de France en nombre de fermes bio, avec une surface agricole utile certifiée bio bien supérieure à la moyenne nationale. Les agriculteurs du Vaucluse produisent surtout du vin et des fruits bio.

Maraîcher bio depuis 25 ans, Frédéric Chaillan a vu la filière se structurer d'année en année.
Maraîcher bio depuis 25 ans, Frédéric Chaillan a vu la filière se structurer d'année en année. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Vaucluse, France

Le Vaucluse est très bon élève : c'est le cinquième département de France en nombre de fermes bio. 19 % de la surface agricole utile est certifiée bio, contre 6 % à l'échelle nationale. Un chiffre en constante progression puisque le département compte 10 % d'exploitations bio en plus entre 2016 et 2017 par exemple. Frédéric Chaillan est maraîcher à Pernes-les-Fontaines. Il travaille depuis 25 ans et l'engouement pour le bio, il l'a vu très clairement ces dernières années : "Mon activité s'est développée en même temps que le bio, c'est assez spectaculaire depuis trois ou quatre ans".

Grossistes et vente directe à la ferme

Pour lui ce qui a changé dans le Vaucluse depuis ses débuts, c'est que la filière bio s'est structurée. Il vend dorénavant 80% de sa production à des grossistes : "On se met d'accord sur le type de production et les quantités. Donc on sait qu'on aura des débouchés, on n'aura pas à chercher à commercialiser [nous-mêmes], on amène directement chez eux. Ils ont gardé une certaine éthique, ils achètent en priorité français, à un prix qui correspond à un prix de revient, c'est-à-dire que l'agriculteur ne vend jamais à perte."

Mais il ne veut pas mettre tous ses œufs dans le même panier, donc en plus des grossistes, il vend aussi à des magasins et en vente directe à la ferme, pour toucher un maximum de consommateurs. 16 % des Français mangent du bio tous les jours, notamment à Avignon : "Le bio ça fait 20 ans que j'y suis, pour la terre, la santé et l'emploi" raconte Geneviève. "Avant j'étais 100 % hard discount, maintenant je suis bio aux trois quarts" explique un trentenaire. "C'est sûr que ça un coût mais depuis qu'on mange bio on est beaucoup moins malade" ajoute une mère de famille. Les produits bio les plus consommés par les Français sont les fruits et les légumes

Le reportage France Bleu Vaucluse

La concurrence des produits espagnols et italiens

Dans le Vaucluse, les agriculteurs bio cultivent surtout des vignes, pour les deux tiers d'entre eux.  Viennent ensuite les fruits, 30%, le fourrage et les fruits transformés comme les olives. Par contre, le Vaucluse n'est pas très bon dans l'élevage : on ne produit pas beaucoup de lait ni de viande de brebis par exemple. En revanche la production de volailles a augmenté l'an dernier, le Vaucluse produit aussi des œufs et du miel bio.

Cependant, les producteurs du Vaucluse se plaignent de la concurrence des produits bio venus d'Espagne et d'Italie notamment. Frédéric Chaillan dénonce un dumping social : "Aujourd'hui des produits italiens et espagnols rentrent sur le marché français à moitié prix par rapport aux productions françaises. En Espagne on sait qu'il y a des conditions de travail et des salaires extrêmement bas pour beaucoup de Marocains par exemple qui ramassent les fraises en Andalousie."

C'est d'autant plus dur pour les Vauclusiens en hiver, en raison du climat avantageux de l'Andalousie et de la Sicile : "Eux ils ont une production continuelle tout au long de l'année et tout arrive avant qu'on puisse les produire ici. Mais c'est de la contre-saison, ça a voyagé, ça induit un dumping social en Espagne ou en Italie." Comment lutter ? Selon lui, "en expliquant aux consommateurs qu'en Vaucluse on ne peut pas trouver des tomates avant fin juin, des courgettes avant fin avril ou début mai."

Frédéric Chaillan, maraîcher, dénonce l'importation de fruits et légumes bio produits à faible coût