Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le Vaucluse cultive de moins en moins de tomates pour l'industrie

vendredi 6 octobre 2017 à 10:31 Par Aurélie Lagain et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

Une synthèse du ministère de l'Agriculture montre que la production de tomates pour les conserves et les plats cuisinés baisse depuis 15 ans.

Sauce tomate produite en Vaucluse
Sauce tomate produite en Vaucluse © Radio France - Aurélie Lagain

Camaret-sur-Aigues, France

Le Vaucluse produit beaucoup de tomates pour les sauces et les dérivés, mais la France continue d'importer des tomates. C'est ce qui ressort d'une synthèse du ministère de l'Agriculture.

Le Vaucluse cultive de moins en moins de tomates pour l'industrie. On est passé de 20.000 tonnes par an à moins de 10.000 en 15 ans. La France produit 186.000 tonnes de tomates. C'est 0,48% de la production mondiale !

L'essentiel de notre consommation de ketchup vient de l'étranger. Même chose, importation pour la sauce tomate, le coulis ou les garnitures de pizza. C'est un million de tonnes de dérivés de tomates qui sont importées, principalement d'Italie et d'Espagne. Ces importations sont en hausse de 2,5 %.

On consomme 22 kg de dérivés de tomates par an par personne en Europe. C'est quatre fois plus qu'ailleurs selon le ministère de l'Agriculture. La Chine pèse sur le marché avec des conditions de production très critiquables.

Une enquête récente pointait le groupe Chalkis, installé à Camaret-sur-Aigues : un général chinois y menait une guerre économique pour tirer vers le bas les prix de la tomate.

Les agriculteurs rétorquent que le consommateur doit aussi réagir en privilégiant la tomate locale, même pour ses raviolis ou son ketchup. Il faut regarder l'étiquette, car ce sont des emplois.