Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Agriculture – Pêche

Le vigneron Sébastien David va-t-il pouvoir sauver ses 2.000 bouteilles après sa rencontre avec la Préfète ?

-
Par , France Bleu Touraine

Sébastien David, le vigneron à qui la Préfecture demande de détruire 2.000 bouteilles pour des problèmes de taux d'acidité volatile, a été reçu par la Préfecture. De nouvelles analyses des bouteilles vont être effectuées, afin peut être de sortir du bras de fer.

Sébastien David à la sortie du Tribunal Administratif à Orléans
Sébastien David à la sortie du Tribunal Administratif à Orléans © Maxppp - La Nouvelle République/Maxppp

Saint-Nicolas-de-Bourgueil, France

La préfète d'Indre-et-Loire a reçu ce jeudi matin Sébastien David,  le vigneron bio de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, dont elle a ordonné la destruction de 2.000 bouteilles de sa production pour un problème de "taux d'acidité volatile".   Pour tenter de trouver une issue à ce conflit, la préfète Corinne Orzéchowski, et compte tenu de l'absence de danger, a décidé de faire procéder par un laboratoire agréé à de nouvelles analyses sur le taux d'acidité de ce lot de 2.000 bouteilles. Un nouveau prélèvement a donc lieu ce jeudi après-midi chez Sébastien David, qui évoque un début de conciliation avec les services de l'Etat.

Dans le cas d'une confirmation d'une absence de dépassement du plafond autorisé, la préfète s'engage à retirer son arrêté - La Préfecture d'Indre-et-Loire

Lors de son action devant le tribunal administratif d'Orléans, Sébastien David avait produit deux analyses de ce même vin qui contredisaient les résultats de la Préfecture   Si la non-conformité du vin est une fois de plus déterminée, le vigneron devra se plier à l'arrêté préfectoral qui prévoit de transporter les bouteilles dans une vinaigrerie. Il n'y a pas de raison de détruire les bouteilles, dit Sébastien David. La Préfète est d'ailleurs plus favorable à une vente aux enchères au profit d'une association, car les taux ne sont pas dangereux pour la santé.  Si par contre, cette nouvelle analyse rend le vin propre à la commercialisation, la préfète retirera son arrêté au bénéfice du doute dit-elle.