Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le vignoble de Haute-Gironde ravagé par la grêle : réunion de crise ce lundi

dimanche 27 mai 2018 à 15:29 - Mis à jour le lundi 28 mai 2018 à 5:03 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

Selon les premières estimations, la moitié des vignes des appellations Blaye-Côtes-de-Bordeaux et Côtes-de-Bourg ont été touchées par l'épisode de grêle qui a touché samedi après-midi la Gironde, tout comme les vignes de Macau et Ludon-Médoc, de l'autre côté de l'Estuaire.

Dans cette vigne de Samonac, les grêlons ont tout détruit ou presque
Dans cette vigne de Samonac, les grêlons ont tout détruit ou presque © Radio France - Pierre-Marie Gros

Bordeaux, France

La Fédération des Grands Vins de Gironde se réunit ce lundi après-midi  au siège du CIVB , à Bordeaux. Réunion de crise, après l'épisode de grêle qui a frappé le vignoble bordelais samedi en début d'après-midi. Les dégâts sont encore en cours d'évaluation, mais selon les premiers estimations, la moitié des vignobles des appellations Blaye-Côtes de Bordeaux et Côtes-de-Bourg ont  été ravagés, soit des milliers d'hectares, plus quelques centaines d'hectares en Haut-Médoc, sur les communes de Ludon et de Macau.

Selon Stéphane Donze, le président de l'appellation Côtes-de-Bourg, il s'agit dans un premier temps "d'évaluer le pourcentage de pertes pour les viticulteurs et pour l'appellation, puis d'essayer de voir ce qui peut être mis en place pour aider les exploitants sinistrés,  en matière sociale et fiscale.  Nous allons travailler aussi sur des aménagements éventuels de cotisations, comme cela a été le cas après le gel du printemps 2017.  On ne sait pas ce qu'on va faire, mais on va faire quelque chose."

Je suis encore abasourdi par ce qui s'est passé, mais on va garder la tête froide pour voir comment on peut aider nos viticulteurs. - Stéphane Donze, président de l'appellation Côtes-de-Bourg

"On ne sait pas encore ce qu'on va faire, mais on va faire quelque chose pour nos viticulteurs" Stéphane Donze, président de l"appellation Côtes-de-Bourg

Pour bon nombre de viticulteurs, c'est donc la double peine, puisque certaines exploitations avaient été touchées l'an dernier à 90%, et doivent donc faire face à ce nouveau coup dur climatique. " Sur l'appellation Côtes-de-Bourg, précise son président, la production était l'an dernier en baisse de 30% avec le gel, et avec cette fois la grêle, va encore se poser la question du volume que nous pourrons mettre en marché l'an prochain, on va essayer de ne pas perdre malgré tout de parts de marché."

L'orage n'a pas duré plus d'un quart d'heure, mais les grêlons, de deux à trois cm de diamètre, ont littéralement haché la vigne à certains endroits. et certains viticulteurs peuvent déjà faire une croix sur la récolte 2018. Thierry Gayet exploite Château Bel Air, à Samonac, près de Bourg sur Gironde, 15 hectares de Cotes de Bourg au total, répartis sur 3 communes. "Sur mes parcelles de Samonac, explique-t-il, il n'y a plus rien.  Là, la récolte est terminée. Il va falloir à présent sauver le peu de bois qui restent, il faudra faire des traitements,  mais la production de l'an prochain s'en ressentira encore". 

Un spectacle comme ça, c'est désolant. - Thierry Gayet, viticulteur à Samonac. 

"Dans certaines parcelles, il n'y a plus rien" Thierry Gaet, viticulteur à Samonac

"Je suis bientôt à la retraite, ajoute ce viticulteur,  mais juste à côté, il y a des jeunes qui viennent juste de reprendre l'exploitation familiale, et ils sont découragés. Ils n'ont plus envie de continuer."