Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Le vignoble jurassien prend un coup de chaud

dimanche 29 juillet 2018 à 17:44 Par Laurine Benjebria, France Bleu Besançon

Coup de chaleur dans les vignes du Jura ! Depuis quelques semaines, le mercure avoisine les 30 degrés, ce qui ne plaît pas au raisin, car le temps sec et chaleur pourraient bien menacer la production.

Quelques pieds vignes souffrent des fortes chaleurs comme ici au domaine Clavelin au Vernois
Quelques pieds vignes souffrent des fortes chaleurs comme ici au domaine Clavelin au Vernois © Radio France - Laurine Benjebria

Jura, France

Le vignoble jurassien est en surchauffe. Les températures ont dépassé les 30 degrés la semaine dernière. Certes on a eu un petit peu de pluie ce samedi, mais ce dimanche déjà la chaleur était de retour. Et elle ne fait pas forcément bon ménage avec la viticulture. Temps sec et fortes températures pourraient bien menacer la production. 

Alors qu'au printemps, la pluie était tombée à gogo et on prévoyait alors d'avancer les vendanges à la mi-août, désormais avec la sécheresse, on les retarderait plutôt vers septembre.

Des pieds de vignes à sauver

Il suffit de se balader dans le domaine Clavelin au Vernois, près de Lons-le-Saunier, pour voir des feuilles brûlées de couleur marron et du raisin asséché. Dans le domaine, 5% des 33 hectares de pieds de vigne sont en danger. Ce sont surtout les plus jeunes pieds qui souffrent des fortes chaleurs, les plus vieilles vignes elles résistent davantage.

Pour aider ces jeunes pieds, cisaille à la main, Patrick Clavelin et ses employés font le tour du vignoble. Dès qu'ils voient un pied en souffrance, ils coupent le raisin. "En enlevant le raisin, on bloque la sève pour qu'elle se restitue au pied et comme le pied peut essayer de survivre et de refaire ses réserves pour l'hiver" explique Patrick.

" On préfère lâcher la récolte"

Si Patrick Clavelin abandonne une partie du raisin à quelques semaines seulement des vendanges, c'est pour sauver les récoltes futures. "On a mis 4 ans pour amener ces pieds à bien, c'est un investissement, c'est du temps, et je ne voudrais pas qu'on recommence juste pour cette récolte" admet le vigneron.

Patrick Clavelin, viticulteur au Domaine Clavelin de Le Vernois

7 ans de coups durs pour la récolte jurassienne

Tous les vignobles jurassiens ne sont pas touchés par cette sécheresse. En roulant sur la route d'Artois, on voit certes quelques feuilles marrons mais aussi des vignobles entièrement verts. C'est le cas au domaine Lambert au Châtelet près de Poligny. Pour Frédéric Lambert, oui il fait chaud, mais pas de quoi s'inquiéter pour le moment.

"Ca a perturbé e développement [de la vigne], on va peut-être prendre un petit peu de retard par rapport aux dates de vendanges qui étaient annoncées très précoces, mais ce n'est pas préjudiciable aux quantités de récoltes" note Frédéric Lambert, soulagé. Frédéric est donc optimiste en ce moment. Mais il sait que tout peut changer au dernier moment. Depuis 2011 d'ailleurs, les récoltes jurassiennes ont connu plusieurs coups durs, notamment à cause du gel, de la grêle et de la canicule. Et les vignerons ont le sourire pour cette année, car la récolte s'annonce plutôt bonne !

Frédéric Lambert viticulteur au domaine Lambert à Le Chateley

Pour Frédéric, il faut être patient, il reste encore tout le mois d'août. Et puis les aléas de la météo font partie du quotidien du viticulteur, il "faut s'en accommoder" s'amuse Frédéric.

S'en accomoder, ou se mettre en quête de solutions. Deux écoles, deux vignerons. Car Patrick Clavelin lui craint que les sécheresses se répètent de plus en plus avec le réchauffement climatique. Pour lui, il faudrait adapter les pratiques viticoles, comme par exemple autoriser l'arrosage des pieds de vigne. Car pour l'instant les cahiers des charges interdisent d'arroser les pieds s'ils portent du raisin. 

Mais avant de penser à ça, il faut déjà passer le plus dur de l'été, le mois d'août. Patrick et Frédéric vont scruter le ciel en espérant voir à nouveau tomber des gouttes de pluie.