Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Légumes bretons : une nouvelle plate-forme logistique, des soucis dûs au Covid et des craintes sur le Brexit

-
Par , France Bleu Breizh Izel

La coopérative légumière la SICA lance, en ce début d'année, une nouvelle et grande plate-forme logistique à Saint-Pol-de-Léon dans le nord Finistère. Une nécessité au vu du volume et des exportations et cela malgré les remous et les craintes dues aux crises du Covid et du Brexit.

Plate-forme SICA
Plate-forme SICA - SICA

La première coopérative légumière de France (avec sa marque Prince-de Bretagne), vient de construire dans son fief de Saint-Pol-de-Léon une plate-forme logistique géante (7 hectares) pour conditionner la production. Elle a coûté 50 millions d'euros. A terme, une centaine d'employés y travailleront. On en n'est qu'au tout début, le site ne tournera qu'à pleine capacité qu'au printemps. "C'est stratégique", explique Marc Kerangueven, président de la SICA. "La pyramide des âges dans le monde agricole va nous amener à une diminution du nombre d'exploitations de 30%. Nous avons dû adapter nos stations en prenant en compte ce critère. Nous avons de plus en plus de demandes de nouveaux légumes, nous en avons 147 dans la coopérative."

Il fallait qu'on donne de nouvelles perspectives aux producteurs

A terme, 80% des légumes frais fournis par les 800 adhérents transiteront par cette plateforme. C'est un projet vieux de 10 ans qui arrive avec beaucoup de retard, à cause de multiples procédures judiciaires. "Elle va centraliser la réception, le calibrage, l'expédition de l'ensemble des légumes des producteurs de Saint-Pol-de-Léon. Nous allons conserver huit stations réparties sur l'ensemble de la zone, qui deviendront des stations de collecte dans laquelle les producteurs apporteront leurs produits, transférés directement à Vivagren."

Il était important qu'on gagne en compétitivité et en attractivité

Objectif, gagner en productivité : "Il y a un gain logistique, estimé à 30%. Nous allons diminuer le nombre de camions de 47% sur les routes départementales. Dans le système d'aujourd'hui, nos clients achetaient aux cadrans dans les différentes stations et faisaient la ramasse pour prendre les différents produits. Pour faire un camion complet, il fallait passer dans cinq à sept stations. En ramenant tout à Vivagren, ça va permettre d'optimiser le transport aval. Il était important qu'on gagne en compétitivité et en attractivité. Nous sommes à l'ouest de la France, de l'Europe alors que notre principal bassin de consommateurs est plutôt à l'est, entre l'Allemagne et la Russie."

Plate-forme SICA
Plate-forme SICA - SICA

Le Covid maintenant, le Brexit ensuite... Beaucoup de questions

"Le Brexit, on a beaucoup de craintes, pas beaucoup de certitudes. La Covid a fait plus de dégâts pour nos produits, est plus impactant que le Brexit par rapport aux contrôles sanitaires exigés. Il y a plus de contrôles pour les chauffeurs et les transporteurs qui traversent la Manche. Il y a plus de contraintes douanières. Les négociations redoutent de la paperasse. Faire deux heures de paperasse pour envoyer un camion entier au Royaume-Uni pourquoi pas, mais deux heures pour envoyer un petit produit de niche, ils refuseront la vente. On aura quelques impacts de ce côté-là, mais on ne le ressent pas encore pour le moment" conclut Marc Kerangueven.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess