Agriculture – Pêche

Les 36 meilleurs pêcheurs de France réunis en Dordogne

Par Charles de Quillacq, France Bleu Périgord et France Bleu samedi 12 août 2017 à 21:17

Christophe Sobolewski le champion de France en titre
Christophe Sobolewski le champion de France en titre © Radio France - Charles de Quillacq

Tout ce week-end, la crème de la pêche en France se retrouve au Lac de l'Escouroux près d'Eymet pour le championnat de France de pêche au moulinet. Pour ces as de la canne à pêche, chaque détail compte et rien n'est laissé au hasard. De vrais pros !

Cela faisait 15 ans que la Dordogne n'avait pas accueilli une telle épreuve. Tout ce wee-kend, au lac d'Escouroux tout près d'Eymet se déroule le championnat de France de pêche au moulinet. Au programme, trois jours de compétition intense soit trois manches de quatre heures. Celui qui aura remonté le plus de poissons à la surface sera désigné nouveau champion de France.

La "ligue 1" de la pêche

Comme nous confie un des participants : "Ici il n'y a que des champions". Il faut dire qu'autour du lac sont réunis les 36 meilleurs pêcheurs au moulinet en eau douce de France. Certains d'entre aux font même partie de l'équipe de France et ont participé au championnat du monde cette année. "C'est un peu comme la ligue 1 au foot" ajoute-t'il. Parmi les grands favoris, Christophe Sobolewski le champion de France en titre. Juste avant le début de la deuxième manche, il parait très concentré : "On a juste hâte d'entendre la sirène, de se mettre dans sa bulle et de pêcher un maximum de poissons" car c'est bien là le but, le gagnant sera celui qui aura pêché la plus grande quantité de poissons... Peu importe l’espèce.

"Ça n'a rien à voir avec la pêche de loisir" Franck, du club de pêche de Bergerac

Certains pêcheurs utilisent jusqu'à 8 cannes  - Radio France
Certains pêcheurs utilisent jusqu'à 8 cannes © Radio France - Charles de Quillacq

La compétition avant tout

Ici pas le temps de se perdre dans ses pensés dans le calme de la nature. Ce n'est pas de la pêche de loisir, car le but reste de pêcher le plus, en moins de temps. Franck fait partie du club de pêche de Bergerac : "Le seul point commun entre ici et la pêche amateur c'est le poisson... Si on le matériel, les techniques, l'état d'esprit du pêcheur, tout est différent". Pour ces compétiteurs, une bonne session, c'est celle où l'on prend un rythme pour remonter le poisson. Il peut arriver qu'un pêcheur en remonte 300 en l'espace de quatre heures !

Le reportage de France Bleu Périgord