Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs corréziens demandent aux députés de respecter la parole du chef de l’État

jeudi 17 mai 2018 à 22:20 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Les agriculteurs corréziens sont passés à l'offensive ce jeudi. A l'appel de la FDSEA et des JA une cinquantaine de personnes ont manifesté en début de soirée devant la permanence parlementaire du député LREM Christophe Jerrétie puis à Brive devant celle de Frédérique Meunier de LR.

L'entrée de la permanence de Christophe Jérrétie, avenue Victor-Hugo à Tulle, a été bouchée par 60 parpaings
L'entrée de la permanence de Christophe Jérrétie, avenue Victor-Hugo à Tulle, a été bouchée par 60 parpaings © Radio France - Philippe Graziani

Tulle, Brive, Corrèze

Le symbole a été le même pour les deux députés corréziens. Les agriculteurs ont muré l'entrée de leur permanence et dévissé leur plaque nominative. Une action coup de poing à la veille de l'examen au parlement, à partir de mardi prochain, de la loi sur les états généraux de l'agriculture. Les agriculteurs estiment que les députés ont trop amendé le texte initial, 2000 amendements ont été déposés. Et que du coup l'esprit de ces états généraux lancés par Emmanuel Macron n'y serait plus selon les agriculteurs.

Un prix en fonction des coût de production

"Les engagements qui avaient été pris par Emmanuel Macron étaient de construire les prix à partir de nos coûts de production" souligne Daniel Couderc, le président de la FDSEA Corrèze. Mais le compte n'y serait pas. "Non seulement sur la construction du prix qui prendrait en compte le coût de production et aussi sur tout ce qui est encadrement des promotions". "On veut dire à nos députés qu'il y a une échéance importante et qu'ils doivent se mettre au travail et qu'ils réfléchissent bien à ce qu'ils veulent pour le territoire" renchérit Emmanuel Lissajoux, président des Jeunes Agriculteurs".