Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs d’Occitanie font des descentes dans les grandes surfaces et les restaurants collectifs

-
Par , France Bleu Occitanie

Les grandes surfaces dans le viseur des agriculteurs. La FDSEA et les JA ont mené des actions de contrôle d’origine et de prix dans plusieurs supermarchés de la région. Les restaurants collectifs ont aussi été visités.

La FDSEA a choisi de visiter le Géant Casino d'Albi.
La FDSEA a choisi de visiter le Géant Casino d'Albi. © Radio France - SM

Albi, France

Les agriculteurs manifestent en tracteurs dans toute la France ce mercredi, avec des opérations de blocage à Paris mais aussi à Toulouse ou Lyon. Le but :  faire monter la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution. Dans les départements d’Occitanie, les agriculteurs syndiqués à la FDSEA et au JA (les deux organisations qui ont appelé à manifester) sont allées dans plusieurs grandes surfaces. 

Pouvoir d’achat = pouvoir de vie 

Au Géant Casino d’Albi ou encore au MIN de Toulouse, les manifestants ont traqué les produits qui les empêchent de gagner leur vie.  Un exemple : "Une viande labellisée « Porc Français » mais venue d’Espagne ou encore des fritons de canards estampillés « produit d’Aveyron » fabriqués avec de la viande polonaise".  Les manifestants veulent donc mettre la pression sur la grande distribution et ses fournisseurs alors que viennent de commencer les négociations commerciales annuelles qui fixent les prix pour 12 mois. 

Christophe Rieunau président des Jeunes agriculteurs du Tarn insiste :  "Sur les plats cuisinés, sur le surgelé, il n'y a plus aucune traçabilité. On se sert des agriculteurs français pour vendre des produits moins chers. Mais il faut avoir conscience d’une chose : pour nous, le pouvoir d’achat, c’est du pouvoir de vie."

Restaurants de collèges et de la fonction publique 

La nouvelle action des agriculteurs visait aussi la restauration collective. A Albi, les agriculteurs ont visité les cuisines de la cantine administrative départementale ouverte notamment aux fonctionnaires albigeois. A Baraqueville (en Aveyron), les jeunes agriculteurs sont allés à la rencontre de l’intendant du collège Albert Camus. 

Alain Nouvel est éleveur de brebis à Montredon-Labessonnié membre de la FDSEA et ce mercredi matin il est allé à la rencontre du gérant de la cantine administrative départementale. Et selon lui, il y a des choses incompréhensibles. "On a eu le responsable qui nous a dit que s’il prend des produits locaux, il est majoré par sa boîte parisienne Elior de 30%. Il a donc des problèmes avec ses commanditaires. Le gouvernement dit qu’il faut faire du local, on nous fait un grand tabac là-dessus. Et puis dans cette cuisine, on dépend du Préfet et de l’Etat et même dans leurs cantines, ils laissent faire n’importe quoi."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu