Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agriculteurs de l'Eure scrutent le ciel et attendent "la bonne pluie"

Bosguérard-de-Marcouville, France

Dans l'Eure, les agriculteurs attendent désespérément la pluie. Les quelques orages des derniers jours n'ont pas suffi, trop violents, trop brefs et trop localisés. Ce qu'il faudrait pour faire du bien aux cultures, c'est une bonne nuit de pluie, de la bonne pluie normande.

Séverine Delavoipière, avec ses biquettes , dans son exploitation '"La chèvre rit" aux Monts du Roumois (Bosguérard-de-Marcouville)
Séverine Delavoipière, avec ses biquettes , dans son exploitation '"La chèvre rit" aux Monts du Roumois (Bosguérard-de-Marcouville) © Radio France - Laurent Philippot

Cinq millimètres mardi, cinq millimètres mercredi, trop peu au goût de Séverine Delavoipière, productrice de fromages de chèvre aux Monts du Roumois "mais c'est toujours ça de gagné" sourit-elle. La pluviométrie de ces derniers jours, "c'est le grand sujet sur Facebook" confie-t-elle, "t'as eu combien ? Il y a eu des 64, des 20, des 25". Elle se contente de ces quelques millimètres, c'est même toujours ça de pris, avec une satisfaction quand même "ça tombe en fin de journée, comme ça, ça profite la nuit"

On attend et on prie - Séverine Delavoipière

Prière exaucée dans l'après-midi de ce jeudi puisque quelques gouttes sont tombées sur les plaines du nord de l'Eure, preuve à l'appui :

8 millimètres d'eau se sont ajoutés aux 5 millimètres de la veille dans le pluviomètre de Sévérine Delavoipière
8 millimètres d'eau se sont ajoutés aux 5 millimètres de la veille dans le pluviomètre de Sévérine Delavoipière © Radio France - Sévérine Delavoipière

Mais ce qu'attend Séverine Delavoipière par dessus tout, c'est "une bonne pluie, de la petite pluie régulière , qui ne casse pas, une nuit entière, ce serait pas mal"

Séverine Delavoipière prie et attend la pluie

Lorsqu'elle a vu les premières gouttes tomber mardi 11 août, Séverine Delavoipière a dégainé son téléphone et a pris des photos les gouttières. "Eh oui, on en est arrivé là" se désole-t-elle, "à prendre en photos les gouttières". L'éleveuse a toutefois été étonnée de ne pas retrouver l'odeur de la nouvelle pluie, "quand ça tape au sol et que ça fait longtemps qu'il n'a pas plu". Installé à Cintray, dans le sud de l'Eure, Antoine Thibault a lui aussi immortalisé l'évènement. Le producteur laitier espère que ce sera "la fin de la sécheresse"

Vers des cultures moins gourmandes en eau

Ça fait plusieurs années que les agriculteurs ont noté les variations climatiques dans l'Eure, que cela soit pour les températures ou pour la pluviométrie. Face à des épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents, ils introduisent des cultures moins gourmandes en eau. "On commence à avoir du tournesol qu'on ne voyait pas avant, du pois chiche, du sorgho" explique Gilles Lievens, le président de la chambre d'agriculture de l'Eure. Une filière sarrasin, "une plante qui souffre un peu moins du manque d'eau" est en train d'éclore, même si "économiquement, ce n'est pas encore la panacée". Il n'y a pas de solution unique au déficit hydrique, ce sont aussi les pratiques qui doivent changer : "Il faut essayer de garder au maximum l'humidité dans le sol et la couverture végétale des champs est un moyen de garder de la fraîcheur" détaille Gilles Lievens. 

Préserver la ressource en eau

Stocker toute l'eau tombée l'hiver pour l’utiliser l'été, la question se pose de plus en plus dans l'Eure. "On a eu un hiver très pluvieux, les nappes phréatiques sont à un bon niveau malgré la canicule de ces derniers jours" avance Gilles Lievens qui réfléchit sur "des mises en réserve sur des points de stockage d'eaux hivernales qui de toutes façons vont aller à la mer et seront perdues pour le territoire". Des projets de retenues collinaires qui peuvent parfois être difficiles à mettre en place, l'Eure est essentiellement une plaine et aussi car "il y a des associations qui sont contre ça" peste Arnaud Clomesnil, responsable irrigation à la FNSEA27 "car l'eau qui est stockée là ne va pas ruisseler, ne va pas aller jusqu'à la rivière, qui ne va pas aller dans son affluent"

C'est un peu le chien qui tourne en rond et qui se mord la queue - Arnaud Clomesnil

Les agriculteurs se rendent bien compte que l'eau est un bien précieux. "Nous utilisons le logiciel Net Irrig qui permet suivant la pluviométrie et suivant le stade des cultures de voir le besoin en eau" avance Arnaud Clomesnil.

On a eu une utilisation plus rationnelle de l'eau qu'il y a quelques années"

Il n'est pas aberrant pour Arnaud Clomesnil d'irriguer en plein soleil, car dit-il "la perte d'eau en irrigation a lieu surtout quand il y a beaucoup de vent". Dernière piste de réflexion, utiliser les eaux usées des stations d'épuration pour irriguer les cultures, après traitement bien sûr. 

Faire face à la sécheresse, un nouveau défi pour les agriculteurs de l'Eure. Reportage de Laurent Philippot

Choix de la station

À venir dansDanssecondess