Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs de l'Yonne en colère contre le gouvernement

lundi 24 septembre 2018 à 19:20 Par Denys Baudin et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Les agriculteurs ont une raison de plus d'être en colère contre le gouvernement. Le projet de budget pour 2019 prévoit le retour des charges sociales sur les contrats saisonniers.

© Maxppp - Photo d'illustration

Auxerre, France

Depuis 1985, les contrats occasionnels pour ramasser les fruits et légumes étaient exemptés de charges. Cela correspond à 200 ou 300 euros par salarié et par mois. Dans notre département, entre les cerises, les pommes et le raisin, de nombreuses exploitations s'inquiètent.

"C'est très grave" - Anita Colinot 

"C'est très grave"

La viticultrice Anita Colinot à Irancy estime qu'une telle décision va changer les méthodes de travail : " C'est très grave, cela va nous faire des charges en plus. A force tous les vignerons feront les vendanges avec une machine à vendanger."

Pour certains, la question est la suivante : pourra-t-on continuer à gagner de l'argent ?  Sébastien Mahoudeau arboriculteur à Jussy n'en est pas certain : " Au début le prix de cerises était à 1,60 alors que le prix de revient est à 2,20. En dessous de 2,20 on ne gagne pas d'argent."

"Le gouvernement veut tuer la filière" - Alain Duruz, producteur de cerises

Et d'après Alain Duruz, responsable de la filière, à la FDSEA, sans exonération de charges, il n'y aura plus de fruits dans l'Yonne : "On embauche entre dix et quinze salariés sur deux mois et demi de l'année. Avec la fin des exonérations, c'est une augmentation de charges qui nous coutera trois mille euros à l'année. Ils vont tuer la filière. Les consommateurs vont se retrouver avec des fruits d'importation d'autres pays européens."

Le ministre de l'Économie promet des compensations pour les agriculteurs qui seront concernés mais sans dire lesquelles pour le moment. L'Yonne est le principal département arboricole de Bourgogne avec 380 hectares de vergers.  La moyenne d'âge dans la profession est de 57 ans