Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : La ruralité : un enjeu électoral 2017

Les agriculteurs de l'Yonne ont le sentiment d'être les oubliés de la campagne présidentielle

jeudi 30 mars 2017 à 19:34 Par Denys Baudin et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Plusieurs candidats à l'élection présidentielle ont présenté ce jeudi leur programme en matière agricole. Ils étaient invités au congrès de la FNSEA à Brest. Le principal syndicat du secteur estime que l'agriculture est totalement absente de la campagne électorale.

Arnaud Rondeau céréalier à Compigny
Arnaud Rondeau céréalier à Compigny © Radio France - Renaud Candelier

Auxerre, France

Dans l'Yonne, c'est aussi le ressenti des exploitants comme Arnaud Rondeau cultivateur de céréales à Compigny (Yonne), à la limite de la Seine-et-Marne. Selon lui, c'est au niveau européen que le prochain président devra s'imposer : "la France ne s'exprime pas assez à Bruxelles. Il n' y a plus de Français à la Commission agricole. La France doit reprendre le chemin de Bruxelles. J'espère que l'Europe ne sera pas l’exutoire pendant les derniers jours de campagne."

"Bruxelles nous marche dessus"

Ils sont 900 000 aujourd'hui, ils étaient trois millions il y a 50 ans

Dans l'Yonne, les exploitants viennent de vivre deux années difficiles dans l'élevage comme dans les céréales, et leurs attentes sont claires. Beaucoup aimeraient avoir moins de charges et surtout moins de normes d'obligations administratives. D'autres redoutent de ne plus pouvoir vivre de leur travail comme Daniel Biai, éleveur de vaches et de moutons à Sainte-Magnance, dans l'Avallonnais : "on a des soucis pour la viande avec la grande distribution qui ne veut pas répercuter les prix correctement."

"Le prochain Président devra mieux défendre les éleveurs face aux supermarchés"
— Daniel Biai, éleveur

Pour d'autres encore, c'est le modèle agricole qu'il faut changer. Marc Thibault cultive des céréales en bio à Michery, près de Sens, et dénonce la pollution des sols par l'agriculture conventionnelle. "On a de plus en plus de problèmes avec la qualité de l'eau."

" beaucoup aimeraient avoir moins de charges et moins de normes"

Emmanuel Macron a expliqué vouloir un plan Marshall pour moderniser l'agriculture. Marine Le Pen défend le modèle de l'agriculture "familiale". François Fillon veut redonner des marges bénéficiaires aux agriculteurs. Benoît Hamon souhaite sortir l'agriculture de l'Organisation mondiale du commerce et créer une exception "agriculturelle". Jean-Luc Mélenchon veut lui privilégier une transition de l'ensemble des exploitations vers l'agriculture écologique.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla
  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu
  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.