Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agriculteurs de la FNSEA se mobilisent contre les zones sans pesticide

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Pendant un mois, les agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs informent avant une "mobilisation générale" contre les zones de non-traitement de pesticides.

Epandage (illustration)
Epandage (illustration) © Maxppp - Christian Watier

Les agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs se mobilisent contre les zones de "non-traitement" de pesticides aux abords des habitations, voulues par le gouvernement. Avant une "mobilisation générale", dès le 22 octobre, ils cherchent à faire de l'information. 

"Parler de distances, c'est inconcevables" - Didier Lucas, chambre d'agriculture des Côtes d'Armor

"On ne peut parler de distances, pour nous, c'est inconcevable", estime Didier Lucas, patron de la chambre d'agriculture Côtes d'Armor. "On met déjà en place des techniques depuis des années pour ne pas avoir de dérives. Nos voisins ne sont d'ailleurs pas touchés quand on traite. Si les plantes des voisins ne sont pas touchées, il n'y a pas de raison que les voisins eux soient touchés.  Aujourd'hui tout ceci est très technique : on choisit la taille des gouttelettes, on prend en compte l'hygrométrie (le taux d'humidité), le vent, le moment de la journée où on traite..."

Mais comment être sûr que les traitements n'aillent pas dans la parcelle d'à-côté ? "Quand vous regardez les plantes en bord de champ, elles ne sont _pas impactées par les produits phytosanitaires_. Il est vrai que vu la médiatisation de ces produits, on ne peut pas continuer à traiter dans un champ quand le voisin prend son café sur la terrasse. Je pense qu'il faut privilégier les périodes nocturnes ou très tôt le matin. Et signer une charte de bonne pratique avec les voisins et les maires."

"Ça cristallise les tensions" - Didier Lucas, chambre d'agriculture des Côtes d'Armor

"Effectivement ça cristallise les tensions entre les néo-ruraux et les agriculteurs, il y a une méconnaissance. Les agriculteurs ont réduit déjà l'utilisation de produits. On ne le fait pas par plaisir, ça nous coûte de l'argent. Je pense qu'on en utilisera de moins en moins à l'avenir. La solution tout bio n'est pas viable et on _traite aussi dans le bio_, il y a aussi des pulvérisations. Ce qui compte c'est comment on traite, quand et avec quel matériel. Demain, le conventionnel sera de plus en plus proche du bio."

Didier Lucas revient aussi sur l'agri-bashing :"Aujourd'hui, on est attaqué sur le bien-être animal, sur les pesticides alors qu'on est reconnu comme l'agriculture la plus durable du monde."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu