Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs bloquent 16 raffineries ou dépôts pétroliers, le gouvernement reste ferme

dimanche 10 juin 2018 à 14:55 - Mis à jour le lundi 11 juin 2018 à 10:56 Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan, France Bleu Occitanie et France Bleu

A l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs, des agriculteurs bloquent depuis dimanche soir 16 raffineries et dépôts de carburants, jusqu'à mercredi au moins. Ils dénoncent la concurrence de l'huile de palme dans les biocarburants et "l'incohérence" de la politique du gouvernement.

La raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), qui appartient à Total, va transformer de l'huile de palme en carburant
La raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), qui appartient à Total, va transformer de l'huile de palme en carburant © Maxppp -

Le blocage de certaines raffineries a débuté dès ce dimanche soir. A l'appel des Jeunes agriculteurs et du principal syndicat agricole FNSEA, des agriculteurs bloquent 16 raffineries et dépôts de carburants pour dénoncer le "double langage" du gouvernement sur les accords internationaux et les importations de matières premières. Ils reprochent au gouvernement d'exiger d'eux des normes qu'il n'impose pas aux produits agricoles importés, et en particulier avec l'huile de palme. 

Une concurrence redoutée

Le détonateur de cette action a été la bio-raffinerie Total de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône, qui va utiliser à partir de cet été 50% d'huile de palme importée pour produire du biocarburant. Cette concurrence est redoutée par les producteurs de colza français, oléagineux largement cultivé en France, qui permet de produire du biocarburant. Or, l'huile de palme importée d'Indonésie et de Malaisie coûte moins cher que le colza français. 

"Une tonne d'huile de colza vaut 15% plus cher qu'une tonne d'huile de palme. Nous ne sommes pas en capacité d'être compétitifs d'un point de vue du prix", explique ce dimanche à franceinfo Arnaud Rousseau. Le président de la Fédération d'oléagineux et de protéagineux (FOP) ne veut pas laisser "importer de l'étranger des choses qu'on ne s'autorise pas à produire en France et en Europe".  

Blocages de cinq raffineries

"La filière oléoprotéagineuse française a la capacité de répondre aux besoins des groupes pétroliers", estime le secrétaire général de la FNSEA, Jérôme Despey, qui appelle donc au blocage de 16 raffineries ou dépôts français, soit deux site de plus que prévus à la base. Cinq raffineries Total sont notamment concernées : La Mède (Bouches-du-Rhône),  Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Grandpuits (Seine-et-Marne) et Feyzin (Rhône). Neuf dépôts de carburant vont être également bloqués : Dunkerque (Nord), Grigny (Essonne), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Vatry (Marne), Strasbourg, Cournon (Puy-de-Dôme), Lyon et Toulouse. 

Pas de pénurie à prévoir

"Ces blocages sont illégaux", a déploré lundi le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, estimant que "ce n'est pas en bloquant" des raffineries "qu'on trouvera des solutions adéquates". Il s'est néanmoins engagé à recevoir mardi les représentants de la FNSEA et ceux des Jeunes Agriculteurs.

Une pénurie de carburant n'est pas à craindre dans l'immédiat, la France comptant au total sept raffineries en activité ainsi que 200 dépôts de carburant. De plus, l'Etat dispose de stocks stratégiques pour trois mois.