Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agriculteurs de la Somme bloquent les routes pour dénoncer "l'agribashing"

-
Par , France Bleu Picardie

Comme partout en France, les agriculteurs de la Somme se sont mobilisés ce mardi. Avec les tracteurs, ils ont mis en place des barrages filtrants aux entrées d'autoroutes pour dénoncer "l'agribashing".

Environ 60 agriculteurs ont manifesté à Boves près d'Amiens
Environ 60 agriculteurs ont manifesté à Boves près d'Amiens © Radio France - François Sauvestre

Environ 300 agriculteurs de la Somme ont manifesté ce mardi à l'appel du syndicat FDSEA et de la Coordination Rurale. Depuis la fin de matinée, ils ont bloqué, avec leurs tracteurs différents accès aux autoroutes du départements. Entre 250 et 300 agriculteurs ont investit les routes dans la métropole d'Amiens, à Abbeville et à Roye. A Boves, le rassemblement a duré huit heures au lieu des quatre prévues.

Les agriculteurs ont accepté de lever le camp après la venue de la Préfète de la Somme. Muriel N'Guyen qui leur a "exprimé le soutien et la solidarité de l’État".

Stop à "l'agribashing"

Ces agriculteurs s'étaient donné rendez-vous pour dénoncer "l'agribashing" dont ils s'estiment victimes. C'est surtout l'extension des Z.N.T, les zones non traitées qui fait monter la colère dans les exploitations. Après plusieurs arrêtés pris par différents maires de France, le gouvernement pourrait en effet décider de l'instauration de zones tampons entre les champs et les habitations pour protéger les populations des pulvérisations de pesticides. 

Soixante agriculteurs ont manifesté à Boves près d'Amiens
Soixante agriculteurs ont manifesté à Boves près d'Amiens © Radio France - François Sauvestre

Des attaques que ne comprennent pas les agriculteurs comme Thomas Leroux, céréalier et betteravier à Moreuil. "On fait notre métier, on le fait bien et on s'est toujours adapté à l'environnement et à la population", argumente t-il. "On fait notre maximum mais cela ne suffit pas. Donc le ras-le-bol est très présent". 

Thomas Leroux agriculteur à Moreuil

Des consommateurs partagés

Au milieu de l'opération escargot organisée ce mardi, les agriculteurs tentent de sensibiliser les consommateurs. Et si le message passe pour certains qui soutiennent le mouvement c'est beaucoup plus compliqué pour d'autres qui reprochent aux agriculteurs leurs pratiques. "Nous les particuliers on a plus le droit d'utiliser de produits et eux ils ont le droit de bombarder des produits toutes les semaines dans leurs champs", s'emporte une automobiliste bloquée dans les bouchons. 

Il y a certainement des choses à améliorer mais on ne peut pas aller plus vite que la science. il faut quand même que l'on mange. Si ce n'est pas la France qui produit, on va importer de la merde.

Face à cette méfiance, voire cette défiance, les agriculteurs jouent la transparence, invitent à venir voir ce qui se passe dans les fermes. "Il faut renouer un lien cassé avec les consommateurs", pour Hélène Cotté, agricultrice près d'Amiens. Mais pour elle, ces mêmes consommateurs ont aussi "leur rôle à assumer". 

"Il y a certainement des choses à améliorer mais on ne peut pas aller plus vite que la science. il faut quand même que l'on mange. Si ce n'est pas la France qui produit, on va importer de la merde", renchérit la céréalière. Pour elle, "il faut réfléchir un peu plus loin que le pesticide qui va, une fois de temps en temps être au bout de votre jardin". 

Reportage France Bleu Picardie à Boves

Choix de la station

À venir dansDanssecondess