Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs du Châtillonnais sont remontés contre le futur Parc national des forêts de Champagne et de Bourgogne

mercredi 4 juillet 2018 à 19:46 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Des agriculteurs de la région ont tenté ce mercredi de bloquer l’Assemblée générale censée voter le projet final de ce parc national de 200 000 hectares à cheval sur la Bourgogne et la Champagne. Ils craignent ne plus pouvoir travailler comme ils veulent sur leurs terres rattachées au parc.

Les agriculteurs ont bloqués les villages autour de Vanvey
Les agriculteurs ont bloqués les villages autour de Vanvey © Radio France - Victor Matras

Vanvey, France

Aux États-Unis il y a Yellowstone, en Bourgogne nous aurons bientôt le Parc national des forêts de Champagne et de Bourgogne. 200 000 hectares de forêts et de zones humides préservées. Le parc englobera également des villages et de zones agricoles. Ce qui peut avoir un impact sur l'activité des agriculteurs sur les lieux.  Ce mercredi ils ont donc tenté de bloquer le vote du projet finale à Vanvey près de Chatillon-sur-Seine, en barrant les routes de sept villages alentours.   

"Ce sont des contraintes qui ne nous plaisent pas parce qu'elles ne correspondent pas à notre modèle économique" - Victor Matras éleveur dans le secteur de Châtillon-sur-Seine. 

Victor Matras élève 150 vaches dans le canton de Châtillon-sur-Seine, il possède en tout 400 hectares de champs en polyculture, dont une quarantaine qui vont se retrouver dans le parc, avec toutes les contraintes écologiques que ça implique : moins de pesticides, interdiction de couper des arbres... "Ce sont des contraintes qui ne nous plaisent pas parce qu'elle ne correspondent pas à notre modèle économique, par exemple ils veulent réduire la quantité d'azote qui fait pousser l'herbe sur certaines prairies, derrière ça fera moins de rendement et donc du fourrage qu'on devra acheter"

Les agriculteurs ont bloqués les villages autour de Vanvey - Radio France
Les agriculteurs ont bloqués les villages autour de Vanvey © Radio France - Victor Matras

Un manque à gagner qui sera compensé par l'atout économique que représente la création d'un parc national dans la région. C'est du moins l’argument du GIP (Groupement d'intérêt public) en charge du projet, et de son président Marcel Jurien de la Gravière, "tous les parcs nationaux du monde ont un facteur d'attraction touristique extrêmement important. Qui dit développement touristique dit aménagement, dit hébergement, dit restauration, dit consommation dans les circuits courts des produits de l'agriculture. Tout le monde s'y retrouve."

Le Parc national des forêts de Bourgogne et de Champagne, sera le onzième en France, il devrait voir le jour par décret officiel d'ici la fin de l'année 2019. 

Le périmètre du futur Parc national de Champagne et de Bourgogne - Aucun(e)
Le périmètre du futur Parc national de Champagne et de Bourgogne - © Google