Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les agriculteurs du Gers tentent de lutter contre l’invasion de l’ambroisie

mardi 11 septembre 2018 à 7:42 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le Gers est l’un des départements d’Occitanie envahi par l’ambroisie, la plante allergène colonise les cultures et étouffe les parcelles. Un plan de bataille est engagé.

Un champs de Tournesol envahi par l'ambroisie à Plieux dans le Gers
Un champs de Tournesol envahi par l'ambroisie à Plieux dans le Gers © Radio France - Olivier Lebrun

Gers, France

C'est le nouveau fléau redouté des agriculteurs, plusieurs départements d'Occitanie (Gers, Ariège, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne, Gard) sont touchés par l'invasion de l'ambroisie. Cette plante qui nous vient d'Amérique du Nord est hautement allergène, et elle se propage très rapidement. Elle colonise les cultures comme le tournesol, et peut littéralement étouffer une parcelle.

Une ambroisie peut produire 3 000 graines, potentiellement capables de donner 3 000 nouveaux plants. Pour éviter cette dissémination, il faut agir dès l'apparition de la plante, et procéder à un arrachage.

Dans ses champs de tournesol, Laurent Dulau agriculteur à Plieux près de Lectoure tente de lutter contre l'envahisseur.

ça devient de plus en plus compliqué, si on se laisse dépasser par l’ambroisie, on ne récolte rien. On lutte par des méthodes mécaniques par le travail du sol, on décale les dates de semis, on arrache l’herbe. On limite la propagation car si on ne fait rien, on se retrouve avec un champs avec rien que de l’ambroisie. 

Le combat inégal des agriculteurs contre l’ambroisie

L'ambroisie est actuellement en pleine floraison. On estime que 20% des français sont allergiques au pollen d'ambroisie qui peut provoquer des rhinites, des conjonctivites, de l'asthme et même de l'urticaire. La prolifération de l'ambroisie est devenue un véritable enjeu de santé publique, mais les agriculteurs ne parviennent pas pour l'instant à endiguer sa prolifération.

Agir vite pour éviter la contagion

Dans le Gers, un dispositif a été mis en place pour conseiller les agriculteurs. Lilian Giordano est référent ambroisie sur la commune de Plieux, toute la vallée est déjà infestée par l'ambroisie

"Ça se propage très très vite. Un pied d’ambroisie, c’est 3000 graines, si on laisse monter en floraison ce pied qui peut atteindre deux mètres, 3000 graines par pied, l’année d’après on peut retrouver 30 000 pieds d’ambroisie. Les graines sont véhiculées par les oiseaux, par le vent, mais aussi par les moissonneuses batteuses".

Comment éviter la contagion - Liolian Giordano - référent ambroisie à Plieux dans le Gers

Un pied d'ambroisie peut atteindre 2 mètres et étouffer un champs de tournesol - Radio France
Un pied d'ambroisie peut atteindre 2 mètres et étouffer un champs de tournesol © Radio France - Olivier Lebrun

Pour s’attaquer à l’ambroisie, il faut réagir très vite, dès son apparition.

La plante peut passer inaperçue dans un premier temps. Mais très rapidement, elle peut coloniser les zones désherbées. L’idée est de semer d’autres espèces de plantes préventivement pour empêcher l’ambroisie de s’installer. Le problème, c’est qu’une fois installée, l’ambroisie résiste facilement aux herbicides. La seule solution reste un arrachage systématique. 

"L’important, c’est que votre voisin vous prévienne de l’apparition de l’ambroisie dans ses champs, avant qu’elle ne se propage chez vous. Il faut agir vite" explique Michaël Lafon, conseillé culture à la Coopérative Val de Gascogne.

Des référents ambroisie sont à la disposition des agriculteurs dans chaque commune du Gers. Ils sont alertés de l’apparition de l’ambroisie par l’Agence Régionale de Santé. Chacun peut en effet signaler la présence d’un pied d’ambroisie sur le site internet : www.signalement-ambroisie.fr